Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

VIEILLISSEMENT : Stimuler l'adénosine monophosphate pour prolonger la vie

Actualité publiée il y a 6 mois 2 semaines 2 heures
Aging
La protéine kinase activée par l’adénosine monophosphate (AMPK) joue un rôle clé dans notre santé cellulaire (Visuel Adobe Stock 208730889)

La protéine kinase activée par l’adénosine monophosphate (AMPK) joue un rôle clé dans notre santé cellulaire, notamment en préservant l’homéostasie énergétique et la résistance au stress. En régulant ce facteur, il devient donc possible d’améliorer la santé et de ralentir le vieillissement. En montrant qu’une enzyme, le 1,5-anhydro-D-fructose (1,5-AF) permet de réguler la signalisation AMPK, cette équipe de biologistes et de neurologues de l'Université de Kagoshima ouvre, dans la revue Aging, une nouvelle voie thérapeutique et une nouvelle cible anti-âge pour contrer les maladies cérébrales associées au vieillissement.

 

L’étude évalue, in vitro et in vivo les effets du 1,5-AF sur les maladies cérébrales associées au vieillissement, précisément in vivo avec des animaux modèles d'accident vasculaire cérébral ischémique aigu, d’AVC, d’hypertension et de « sénescence accélérée ».

 

  • Chez l’ensemble de ces modèles, l’injection de l’enzyme

1,5-AF permet de réduit les déficits neurologiques,

la tension artérielle, les déficits moteurs et cognitifs et de prolonger la survie ;

 

Les scientifiques précisent également les voies moléculaires activées par l’enzyme, qui mènent à ces avantages neurologiques, cognitifs et de survie.

 

L’enzyme constitue ainsi une cible prometteuse, capable d’induire une protection neurovasculaire endogène et de prévenir les maladies cérébrales associées au vieillissement.

Des études cliniques sont déjà planifiées pour valider ces premières données.


Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème