Vous recherchez une actualité
Actualités

VIGILANCE: Affutez vos réflexes avec la tyrosine

Actualité publiée il y a 1 année 9 mois 4 semaines
Neuropsychologia
La tyrosine, un anti-ego depletion ?

Les études l’animal et chez l’Homme ont montré que la supplémentation ou l’apport alimentaire en tyrosine, augmente les niveaux de dopamine dans le cerveau. Cependant, les effets d’un apport de tyrosine sur les fonctions cognitives restent mal connus. Cette nouvelle étude des Universités de Leyde et d'Amsterdam montre que l'administration de tyrosine permet notamment d’accroître les réflexes. Les conclusions de cette expérience, présentée dans la revue Neuropsychologia, suggèrent ainsi que des aliments riches en tyrosine ou des compléments alimentaires peuvent offrir une option simple, saine et peu coûteuse pour lutter contre « l’ego depletion » ou épuisement des ressources mentales du contrôle cognitif.

C’est l’un des acides aminés qui permet la synthèse des protéines. La tyrosine est présente dans de très nombreux aliments, les épinards, le soja, les œufs ou les bananes, mais aussi le fromage frais, le poulet, la dinde, les arachides et les avocats. Ce précurseur du neurotransmetteur dopamine joue un rôle clé dans la construction des blocs de protéines. Des études ont montré que les régimes alimentaires riches en tyrosine, augmentent ses niveaux plasmatiques, améliorent la libération de dopamine dans le cerveau et donc l’activation des neurones dopaminergiques. Cependant la neurobiologie de la supplémentation en tyrosine reste mal comprise, tout comme sa relation avec la performance ou d’autres fonctions cognitives.

 

Pour plus de réflexes, plus de vigilance : Les chercheurs néerlandais ont mené cet essai en double aveugle, contrôlé par placebo pour mieux évaluer les effets d’une supplémentation en tyrosine :  32 participantes, âgées en moyenne de 20 ans, ont été invitées à consommer soit un jus d'orange contenant de la tyrosine, soit un jus d'orange contenant …un placebo. Les participantes devaient suivre des flèches vertes sur un écran d'ordinateur et presser le plus rapidement possible un bouton correspondant à la direction indiquée par la flèche (action d'exécution). Mais quand une flèche rouge apparaissait, les participantes ne devaient pas toucher le clavier (action d'inhibition). Chaque participante a fait le test, une fois avec tyrosine, une fois avec placebo. L’analyse montre qu'après prise de tyrosine, les participantes réussissent bien mieux le test d’inhibition mais ne sont pas plus rapides pour le test d’exécution. Ainsi, les participantes du groupe d’intervention se montrent plus efficaces à inhiber les actions indésirables et à agir de manière sélective.

La tyrosine cible sélectivement les mécanismes liés à l'inhibition d'action et non ceux qui initient une action.

 

Tyrosine contre ego depletion : Des résultats, selon les auteurs, qui suggèrent que la tyrosine permet d'améliorer les réflexes et la performance cognitive. Au-delà, les chercheurs soutiennent l'idée que, chez les humains en bonne santé, la tyrosine permet de contrer le phénomène « d’ego depletion » ou épuisement de l'égo défini comme une « fatigue » du contrôle cognitif et de la décision. Des premières données qui engagent aussi à de nouvelles recherches sur les effets possibles d’une supplémentation sur d'autres fonctions cognitives comme le multitâche ou la flexibilité mentale.

Autres actualités sur le même thème