Actualités

VITAMINE E : Un effet anti-obésité ?

Actualité publiée il y a 7 mois 1 semaine 20 heures
Molecules
Les tocotriénols, qui appartiennent à la famille des vitamines E, peuvent constituer les bases d’un supplément efficace pour lutter contre l'obésité et ses comorbidités (Visuel Adobe Stock 195336284)

Ils ne constituent certainement pas un substitut à la pratique de l’exercice, à une alimentation équilibrée ou encore à un mode de vie sain, mais les tocotriénols, qui appartiennent à la famille des vitamines E, peuvent constituer les bases d’un supplément efficace pour lutter contre l'obésité et ses comorbidités -dont l’hyperlipidémie. Ainsi, cette nouvelle étude préclinique, de biologistes et pharmacologues du Shibaura Institute of Technology (SIT), publiée dans la revue Molecules, met en lumière les effets anti-obésité de la vitamine E.

 

Compte-tenu de la prévalence croissante de l’obésité, et même si les quelques médicaments anti-obésité disponibles aboutissent à des résultats mitigés - dans le meilleur des cas une perte de 5 à exceptionnellement 10% du poids corporel-la piste pharmacologique ne doit pas être négligée.  

Les tocotriénols aident à prévenir l'obésité et l'hypercholestérolémie 

T3 prévient l’obésité : l’étude menée sur des souris nourries durant 13 semaines avec un régime riche en graisses a regardé si les tocotriénols (T3), un sous-type de vitamine E, pourraient favoriser une perte de poids corporel. L’expérience montre que la supplémentation en T3 permet :

 

  • une perte de poids ;
  • une baisse du taux de « mauvais » cholestérol avec maintien du taux de « bon » cholestérol ;
  • une réduction de l'accumulation de tissu adipeux blanc autour des reins ;
  • une réduction du foie gras.

 

Ainsi, chez la souris du moins, une consommation plus élevée de tocotriénols au quotidien peut contribuer à prévenir l'obésité.

 

Et la déficience cognitive associée à l'obésité ? On sait que l’obésité peut favoriser ou accélérer le dysfonctionnement cognitif. Les chercheurs ont donc regardé si les T3 pouvaient aussi aider à prévenir l'oxydation dans le cerveau et freiner les changements cognitifs et comportementaux induits par un régime trop riche en graisses. D’autant que les bénéfices cognitifs de la vitamine E ont déjà été documentés par de précédentes recherches.

 

  • L’étude n’identifie aucune différence cognitive avec les T3 ;
  • les souris n’ayant pas reçu T3 s’activent beaucoup moins ; cela suggère un comportement caractéristique de l'anxiété ou de la dépression ?

 

En résumé , si certains effets des T3 restent inexpliqués, l’effet anti-obésité des tocotriénols ou de composés similaires apparait prometteur et mérite d'être étudié plus avant.

Autres actualités sur le même thème