Vous recherchez une actualité
Actualités

ZIKA et Guillain-Barré, un lien désormais avéré

Actualité publiée il y a 4 années 4 mois 1 semaine
The Lancet et BMJ

Être prêt à voir émerger d'autres complications imprévues de l'infection par le virus Zika dans les semaines et les mois à venir, c’est l’une des conclusions de cette étude menée par différentes équipes polynésiennes sur le lien entre l’infection au virus Zika et le syndrome de Guillain-Barré. Des conclusions publiées dans le Lancet et commentées dans le British Medical Journal qui apportent en effet la preuve la plus convaincante à ce jour d'un lien causal, jusque-là jugé probable, entre l'infection à Zika et ce syndrome neurologique sévère.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Alors qu'entre octobre 2013 et avril 2014, la Polynésie française a connu la plus grande épidémie de virus Zika de son histoire, dans le même temps était signalée une augmentation significative de cas de syndrome de Guillain-Barré, cette simultanéité suggérant fortement une association possible entre Zika et le syndrome de Guillain-Barré. On estime ainsi que 32.000 patients ont consulté un médecin au sujet d'une suspicion d'infection par le virus Zika. Le syndrome de Guillain-Barré a été diagnostiqué chez 42 patients au Centre Hospitalier de Polynésie Française à Tahiti. Les équipes des différents instituts polynésiens ont donc cherché à évaluer le rôle du virus Zika dans le développement du syndrome.


L'étude a porté sur 42 patients atteints du syndrome de Guillain-Barré diagnostiqué au Centre Hospitalier de Polynésie Française appariés pour l'âge et le sexe à un groupe (N°1) de 98 témoins présentant une maladie non fébrile et à un groupe (N°2) de 70 témoins, présentant une infection à virus Zika aiguë mais sans symptômes neurologiques.

· 88% des patients atteints de syndrome de Guillain-Barré présentaient des symptômes d'infection par le virus aux environs de 6 jours avant l'apparition des symptômes neurologiques, mais aucun n'a été testé positif pour l'infection à Zika une fois à l'hôpital.

· 88% des patients atteints du syndrome de Guillain-Barré présentaient des signes d'infection passée par le virus de la dengue, mais comme la plupart des patients dans les 2 groupes témoins (respectivement 89% et 83%). Les chercheurs en ont conclu que l'infection passée par le virus de la dengue n'augmente pas le risque de syndrome de Guillain-Barré chez les patients infectés par le virus Zika.

· 100% des patients avaient bien un type de syndrome de Guillain-Barré, mais peu présentaient les marqueurs biologiques généralement associés à ce type, ce qui suggère un mécanisme de la maladie jusque-là inconnu. 100% des patients étaient également porteurs d'anticorps neutralisants contre le virus Zika vs 54 % dans le groupe témoin N°1. Enfin, ces cas présentaient des anticorps de type IgM témoignant d'une infection récente par le virus.

· Enfin, les patients se sont rétablissent généralement plus rapidement que ce qui est habituellement constaté avec le syndrome de Guillain-Barré : à 3 mois, plus de la moitié des patients sont capables de marcher sans aide et aucun patient n'est décédé.

Cette étude est la première à fournir des preuves que l'infection par le virus Zika entraîne le syndrome de Guillain-Barré. Le virus Zika devrait donc être ajouté à la liste des agents pathogènes infectieux -comme Campylobacter et cytomégalovirus- qui peuvent causer le syndrome de Guillain-Barré, concluent les auteurs qui avertissent que les pays touchés par l'épidémie actuelle Zika doivent se préparer à une augmentation de l'incidence du syndrome de Guillain-Barré.

Autres actualités sur le même thème