Vous recherchez une actualité
Actualités

ZIKA: Une transmission possible par les larmes et la sueur?

Actualité publiée il y a 2 années 11 mois 2 semaines
NEJM

Cette étude de cas de l’Université d’Utah, soutenue par les National Health Institutes (NIH) documente le premier décès lié au virus Zika dans le continent nord-américain et une première transmission, à partir de ce patient qui intrigue les experts. Ces deux cas présentés dans le New England Journal of Medicine suggèrent, en cas de charge virale très élevée, d’autres modes de transmission possibles du virus.

Le premier cas, de décès lié au virus Zika dans le continent nord-américain, intervenu en Juin de cette année, surprend car il est rare qu'une infection Zika puisse entraîner une maladie grave chez l'adulte, jusqu'au décès. Les chercheurs de l'Université de l'Utah relèvent chez ce premier patient -comme chez le second- une concentration anormalement élevée de virus dans le sang, comme cause probable de sa mort. Le patient âgé de 73 ans revenait d'une zone du Mexique touchée par l'épidémie. 8 jours après son retour, étaient apparus les premiers symptômes, des douleurs abdominales et de la fièvre, il avait été admis à l'hôpital de l'Université de l'Utah. Ensuite, son état s'était détérioré très rapidement. Même s'il est connu que Zika peut entraîner de graves lésions cérébrales chez les bébés à naître, les symptômes sont généralement légers chez les adultes.


Ø Seuls 9 autres décès liés à Zika ont été rapportés dans le monde.

Une recherche plus poussée confirme l'absence d'autres infections qui puissent expliquer le décès de ce patient. L'analyse génétique identifie un virus à 99,8% identique à celui transmis par les moustiques du sud-ouest du Mexique, la même région visitée par ce patient quelques semaines auparavant.

Le second cas pose la question de nouveaux modes de transmission possibles : à nouveau en cause, la concentration anormalement élevée de virus dans le sang du premier patient. Cela pourrait expliquer pourquoi, écrivent les auteurs, « comment le second patient a pu contracter le virus en touchant les larmes ou la sueur du premier patient ». Ce patient N°2 était venu visiter le premier patient, peu avant son décès, et rapporté avoir essuyé ses larmes et l'avoir aidé à se repositionner dans son lit. Le diagnostic du patient 2, infection à Zika, était inattendu. Car ce patient n'avait pas voyagé dans une zone infectée et la reconstitution des faits a exclu les autres moyens connus d'attraper le virus.

Une charge virale 100.000 fois plus élevée : Le Dr Sankar Swaminathan, professeur de médecine interne à l'Université de l'Utah, commente ses conclusions : « Ces cas rares nous aident à comprendre le spectre complet de la maladie et les mesures de précaution que nous devons mettre en œuvre pour éviter la transmission du virus d'une personne à une autre, dans des situations spécifiques ». Des données qui suggèrent d'autres modes de propagation, sans contact sexuel et sans moustique vecteur. L'explication possible ici, une charge virale 100.000 fois plus élevée que ce qui est normalement rapporté dans les autres cas d'infection à Zika.

Autres actualités sur le même thème