Vous recherchez une actualité
Actualités

ALIMENTATION : Zoom critique sur les régimes à la mode

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 20 heures
The American Journal of Medicine
Le régime méditerranéen devrait être préféré, dans le doute, aux régimes « émergents » encore peu documentés, notamment chez certains groupes de patients (Visuel Adobe Stock 290526316)

Cette revue des études scientifiques existantes sur les régimes à la mode de type jeûne intermittent, ou kéto, menée par une équipe du National Jewish Health a regardé quels étaient, au-delà des modes et à long terme, les bénéfices de ces régimes pour la perte de poids et la santé métabolique et cardiovasculaire. L’étude conclut à des résultats positifs avec même un résultat surprenant : ces régimes permettent également la consommation d'aliments pourtant connus pour augmenter le risque cardiovasculaire. Cependant, ces régimes « émergents » restent encore peu documentés, notamment chez certains groupes de patients.

 

L’auteur principal, le Dr Andrew Freeman, Chef du Service prévention cardiovasculaire au National Jewish Health précise que si les régimes recommandés par les experts comme les régimes à base de plantes et le régime méditerranéen, ont largement démontré leur sécurité et leur efficacité, en particulier en faveur de la santé cardiovasculaire, les régimes émergents restent encore peu documentés.  Il a déjà été suggéré que le jeûne intermittent -ou l’alimentation "calée" plus tôt dans la journée ou encore sur une plage de temps restreinte, contribue à réduire l'appétit et à améliorer la combustion des graisses. Ces régimes émergents » qui rencontrent un succès croissant, doivent être néanmoins mieux documentés dans la lutte contre l’obésité, le syndrome métabolique et la maladie cardiaque.

Kéto, intermittent ou...méditerranéen ?

Le céto (ou kéto ou régime cétogène) rencontre lui-aussi une adhésion croissante : cette approche alimentaire à très faible teneur en glucides envoie le corps en état de cétose, un état métabolique dans lequel l'accès au glucose est considérablement réduit et où les graisses sont la principale source d’énergie. Si les études menées sur ce régime montrent qu’il permet une perte de poids initiale, elles montrent aussi que cette perte est rarement maintenue à long terme. Il reste également difficile de savoir si la perte de poids est causée par la cétose ou simplement par une restriction calorique. Les experts s'inquiètent également du type et de la quantité de graisse consommée par ceux qui suivent ce régime : de nombreux adeptes du kéto consomment en effet de grandes quantités de graisses saturées malsaines, ce qui est associé à un risque accru de maladie cardiaque et d’hyperlipidémie. L’observance de ce régime à long terme a également été associée à une rigidité artérielle et à un risque accru de décès prématuré.

  • Néanmoins, le régime kéto apparaît prometteur pour prévenir ou contribuer à contrôler le diabète, avec des études précliniques révélant une amélioration des taux de glucose ainsi qu'une baisse des taux de glucose à jeun et d'insuline chez les souris nourries avec un régime céto.
  • Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires pour confirmer les avantages et inconvénients du régime kéto.

 

Le jeûne intermittent inquiète aussi les experts 

Car il existe de nombreuses variantes du jeune intermittent, certaines préconisant le jeûne durant une journée entière et d'autres limitant les repas à certaines heures de la journée. Les experts craignent également que la faim induite par le jeûne pousse de nombreuses personnes à manger en excès au moment des repas ou à faire des choix malsains avec des effets néfastes pour la santé cardiovasculaire.

  • La majorité des preuves d’avantages possibles du jeûne intermittent proviennent d'études précliniques et ces avantages devraient donc être mieux documentés chez l’Homme. Néanmoins, chez l’animal, ce type de régime peut favoriser la longévité, la perte de poids, une diminution de la pression artérielle, une meilleure tolérance au glucose et le maintien des taux de lipides.
  • Cependant, il y a des risques aussi dont cet effet de famine et la façon il peut se répercuter sur le fonctionnement de différents organes. Ainsi, les patients diabétiques notamment devraient consulter avant d’opter pour le jeûne intermittent de manière à préciser le protocole de contrôle de la glycémie et du risque d'hypoglycémie accru avec le jeûne intermittent.

 

Ces experts concluent donc à des preuves modestes des effets favorables de ces 2 approches diététiques mais appellent à des recherches supplémentaires, en particulier pour valider l’absence de danger de ces régimes pour certains groupes de patients.

 

Les auteurs rappellent « les incontournables », dont le régime méditerranéen ou le régime DASH qui ont fait leurs preuves. Deux régimes qui partagent des apports élevés en fruits, légumes, légumineuses, noix et grains entiers.

Autres actualités sur le même thème