Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER : La L-sérine prometteuse contre le déclin cognitif

Actualité publiée il y a 5 mois 1 jour 1 heure
CNRS et Cell Metabolism
Une supplémentation en L-sérine -déjà disponible comme complément alimentaire- pourrait restaurer la mémoire.

Cette équipe de recherche du CNRS et de l’Inserm précise ici chez la souris, le rôle clé joué par un acide aminé, la L-sérine, dans le métabolisme énergétique des astrocytes du cerveau, nécessaire au maintien de la santé cognitive et donc en cas de déficience, dans le développement des troubles cognitifs caractéristiques de la maladie d'Alzheimer. Ces travaux publiés dans la revue Cell Metabolism, suggèrent qu’une supplémentation en L-sérine -déjà disponible comme complément alimentaire- pourrait restaurer la mémoire. Une piste prometteuse contre le déclin cognitif, qui reste à confirmer chez l’Homme.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Notons qu’une étude pré-clinique récente montre que la L-sérine permet repousser avec succès les signes d’une autre maladie neurodégénérative, la sclérose latérale amyotrophique (SLA). On sait que la L-sérine est un acide aminé nécessaire à la formation de protéines et de cellules nerveuses. Une étude, présentée dans les Scientific Reports, a décrit le rôle bien particulier du gène « sérine » dans le métabolisme cellulaire et plus précisément dans le processus de respiration des mitochondries, les minicentrales énergétiques de nos cellules. Or la phase précoce de la maladie d'Alzheimer est caractérisée par une réduction de ce métabolisme énergétique. Cependant, jusqu’à cette étude, on ignorait si ce ralentissement contribuait aux symptômes cognitifs de la maladie.

La L-sérine restaure la mémoire de souris "Alzheimer"

 

Cette étude collaborative menée chez une souris modèle de la maladie d'Alzheimer confirme que la réduction du métabolisme énergétique des astrocytes conduit à une réduction de la production de L-sérine, précurseur de la D-sérine, essentielle au bon fonctionnement du cerveau et à la cognition. De même, chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, la voie de biosynthèse de la L-sérine est altérée, ses niveaux baissent, l'activité de ses récepteurs diminue, la plasticité neuronale et la capacité de mémoire sont altérées.

 

L’espoir d’une supplémentation : la bonne nouvelle est qu’il semble possible d’inverser ces effets et de restaurer la mémoire des souris par supplémentation en L-sérine. La démonstration, certes expérimentale de l'efficacité d'une supplémentation nutritionnelle ouvre la voie à de nouvelles stratégies pour lutter contre les symptômes précoces de la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies caractérisées par des altérations du métabolisme cérébral, comme les maladies de Parkinson ou de Huntington, concluent les chercheurs dans leur communiqué.

Autres actualités sur le même thème