Vous recherchez une actualité
Actualités

ALZHEIMER: Mais pourquoi le patient ne reconnait-il plus ses proches?

Actualité publiée il y a 4 années 6 mois 1 semaine
Journal of Alzheimer's Disease

Les patients atteints d'Alzheimer peuvent encore ressentir des émotions et avoir une vie affective, même après la perte de la mémoire et du souvenir des proches. Cette étude de l’Université de Montréal, présentée dans le Journal of Alzheimer's Disease, qui confirme que la maladie d'Alzheimer, au-delà des troubles de la mémoire, touche également la perception visuelle des visages, contribue à mieux expliquer cette manifestation troublante de la maladie et suggère que l’Alzheimer « s’attaque » à la perception globale du patient.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Car souffrir de la maladie d'Alzheimer, ce n'est pas seulement oublier des événements, c'est aussi ne plus reconnaître les personnes qui nous sont chères. Cette étape accroît le fossé séparant la personne atteinte de ses proches et réduit encore plus fortement sa communication sociale. L'équipe du Dr Sven Joubert, chercheur au Centre de recherche de l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal et professeur au Département de psychologie à l'Université de Montréal montre, avec cette étude que c'est en réduisant la capacité de perception globale des visages que la maladie entraîne ce symptôme de non reconnaissance.


La perception des visages joue un rôle fondamental dans la communication humaine. C'est pourquoi l'Homme a développé une expertise spécifique pour détecter et identifier très rapidement un visage. Cette faculté reposerait sur la capacité de percevoir un visage comme un tout. Cette capacité de perception globale, qui se distingue de la perception d'éléments individuels d'un visage (yeux, nez, bouche, etc.) serait altérée par la maladie d'Alzheimer. L'équipe de Montréal en apporte des éléments de preuve, en testant cette capacité de reconnaissance chez des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et chez des personnes âgées en bonne santé.

Ø Les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ont obtenu des résultats semblables à ceux du groupe contrôle en ce qui concerne l'exactitude des réponses et la vitesse de traitement des visages et des voitures à l'envers. Pour ces tâches, le cerveau doit traiter les informations perçues par l'œil de manière analytique et locale, en analysant les différentes composantes de l'image.

Ø Par contre, les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer étaient beaucoup plus lentes et commettaient plus d'erreurs que les personnes en bonne santé pour les visages à l'endroit.

Une difficulté de perception globale : C'est donc la reconnaissance globale du visage qui est altérée. Et ces difficultés de perception visuelle qui concernent spécifiquement les visages sont observées dès les premiers stades de la maladie. Une difficulté à reconnaître les visages qui pourrait provenir d'une difficulté de perception globale, et non pas seulement d'un trouble de la mémoire.

De nouvelles données qui ouvrent la voie à travailler au maintien de ces capacités de perception visuelle spécifiques et, en cas de difficulté sévère, à mettre en œuvre des stratégies alternatives s'appuyant sur d'autres sens comme la reconnaissance auditive de la voix. Enfin, des données qui contribueront peut-être à soulager aussi les proches des personnes atteintes par la maladie et par cet oubli des visages, y compris les plus familiers.

Autres actualités sur le même thème