Vous recherchez une actualité
Actualités

AMORÇAGE : Le souvenir d’un bon café fait l’effet de la caféine !

Actualité publiée il y a 3 mois 3 semaines 5 jours
Consciousness and Cognition
l'exposition à des signaux même subtils peut influencer nos pensées et notre comportement.

Rien que le fait d’être exposé à un stimulus qui rappelle le café peut éveiller notre esprit, révèle cette étude de l'Université de Toronto qui décrit, dans la revue Consciousness and Cognition, un phénomène cognitif appelé "amorçage" : l'exposition à des signaux même subtils peut influencer nos pensées, notre comportement et même notre biologie.

 

Alors que le café est très bien documenté sur ses effets physiques, cette étude traite de sa signification psychologique ou comment être exposé à des stimuli qui le rappellent peut influer sur notre façon de penser. Ici, les chercheurs ont regardé s’il existait une association entre le café et l'excitation, ou si la seule exposition à des signaux liés au café pouvait entrainer, sans ingestion, une excitation physiologique. Ici, l’excitation fait référence à la manière dont certaines zones spécifiques du cerveau sont activées dans un état d’alerte, de veille et d’attention. Cet état peut être déclenché par un certain nombre de facteurs, notamment nos émotions, les neurotransmetteurs dans le cerveau ou… une boisson contenant de la caféine.

 

4 études distinctes menées auprès de participants de cultures occidentale et orientale ont comparé les indices liés au café et au thé et constatent que les participants exposés à des signaux liés au café perçoivent le temps comme étant plus court, pensent en termes plus concrets et plus précis et « voient le monde avec plus d’acuité ». Cela suggère que ces participants, seulement exposés à des stimuli leur rappelant le café éprouvent une excitation physiologique.

 

La même équipe avait déjà démontré « d’autres associations amorcées », dont une originale : le simple fait de regarder le logo de McDonald's pouvait réduire la capacité à savourer des expériences agréables de la vie. L’étude de ce phénomène cognitif est bien évidemment intéressant pour comprendre les comportements liés aux marques et à la consommation.

 

De prochaines recherches sont déjà prévues sur les associations possibles avec différents aliments et boissons. Le simple fait de penser aux boissons énergisantes ou à l’alcool, par exemple, pourrait avoir des effets très différents sur le comportement ?

Autres actualités sur le même thème