Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

ANTIBIORÉSISTANCE : Candida auris, le pathogène fongique qui monte en puissance

Actualité publiée il y a 11 mois 4 jours 22 heures
ASM Microbe
C. auris pose un risque sérieux pour la Santé publique, en particulier aux Etats-Unis (Visuel Adobe Stock 140062846)

Les taux d'infection à Candida auris, un pathogène fongique émergent, résistant à de nombreux agents antimicrobiens continuent d'augmenter, alerte cette équipe de chercheurs de bioMérieux. C. auris pose aujourd'hui un risque sérieux pour la Santé publique, en particulier aux États-Unis : environ 50 % des isolats résistent à la fois à la désinfection et à plusieurs antibiotiques et lorsque le pathogène s'établit dans la circulation sanguine, il peut entraîner le décès.

 

En Europe, quelque 300 cas ont été identifiés de 2019 à 2021 dans 5 pays dont 6 en France, mais aux États-Unis, les CDC comptent 3.270 cas d’infections et 7.413 positifs, mais sans infection, sur la période 2016-2021.

 

Candida auris est aujourd’hui l’un des principaux pathogènes responsables d’infections nosocomiales, même si sa capacité de transmission interhumaine reste modeste. S'il provoque différents types d’infections, du sang, d'une plaie, de l'oreille, des voies urinaires, des os ou des méninges, il peut être mortel une fois dans le système sanguin des patients.

 

L'étude rétrospective des taux d'infection à C. auris géographiquement et dans le temps, de 2021 à 2023, en utilisant un panel d'identification d'hémoculture exclusif (BIOFIRE BCID2) et un réseau de surveillance basé sur le cloud (BIOFIRE Syndromic Trends) -qui teste 43 cibles, dont C. auris-conclut ainsi à une recrudescence de la levure pathogène entre 2021 et 2023 :

 

  • le taux de détection moyen était de 0,014 % avant octobre 2022 (soit de juillet 2020 à septembre 2022),
  • il atteint 0,057 % après octobre 2022 (sur la période octobre 2022 à mars 2023).
  • C. auris pose un défi particulier en Santé publique :
  • environ 50 % des isolats résistent à la fois à la désinfection et à plusieurs antibiotiques.

Ainsi, les taux de mortalité sont élevés lorsque cet organisme se diffuse dans la circulation sanguine. Détecté pour la première fois aux États-Unis en 2016,

le taux d'infection à C. auris a augmenté de 95 % de 2016 à 2021,

et cette nouvelle analyse confirme l'augmentation significative des infections à C. auris en 2023, par rapport années précédentes.

 

Les biologistes insistent ainsi sur le rôle déterminant de la surveillance en temps quasi réel des tendances de l'infection à C. auris.


Autres actualités sur le même thème