Vous recherchez une actualité
Actualités

APPRENTISSAGE MOTEUR: L'ordinateur nous apprend à généraliser

Actualité publiée il y a 4 années 11 mois 3 semaines
Cureent Biology

Les personnes qui utilisent régulièrement l’ordinateur vont constamment ajuster les mouvements de leur main à celui du curseur sur l'écran. Pointages et clics qui représentent un nombre impressionnant de mouvements, estimé à 7.400 en moyenne par semaine, modifient en profondeur la représentation neuronale de nos mouvements, expliquent ces chercheurs américains. Leurs conclusions, présentées dans l’édition du 19 décembre de la revue Current Biology, peuvent avoir des implications importantes en pratique clinique pour les personnes en réadaptation physique.


Les écrans des ordinateurs ou des tablettes sont de tailles différentes et les souris ou les trackpads fonctionnent différemment, or nous n'avons pas besoin de réapprendre tous les mouvements possibles lorsque nous passons à une nouvelle « machine ». C'est le principe de généralisation d'un apprentissage, à plusieurs situations. Cette capacité est favorisée par la plasticité neuronale.
· Une première étude montre que des personnes habituées à travailler sur ordinateurs vont faire plus rapidement cet apprentissage sur une nouvelle machine et possèdent donc déjà cette capacité de généralisation. Les participants qui n'ont jamais travaillé sur ordinateur, vont apprendre à une vitesse normale mais sans le bénéfice de cette capacité de généralisation. Sauf lorsqu'on cache les mains de tous les participants, alors ils s'adaptent à la même vitesse à la nouvelle machine.
· Une seconde étude menée sur autre groupe de 10 personnes, peu familiarisées avec l'ordinateur, montre que 2 heures d'apprentissage par jour, durant seulement 2 semaines, suffisent à mettre le groupe au même niveau de généralisation que des utilisateurs confirmés.

Les résultats confirment que l'utilisation de l'ordinateur modifie la représentation neuronale de nos mouvements et que la généralisation du mouvement doit et peut faire l'objet d'un apprentissage, en particulier en pratique clinique, en cas de prothèses de membres artificielles par exemple. Ensuite la question reste, pour les chercheurs, de faire en sorte qu'un apprentissage clinique et supervisé puisse se prolonger par une amélioration fonctionnelle à la maison, dans une autre diversité de situations.

Source: Current Biology 19 December 2013 doi:10.1016/j.cub.2013.11.012 Computer Use Changes Generalization of Movement Learning (Visuel © mikkolem - Fotolia.com)

Lire aussi: NEURO: Apprendre plus vite, la plasticité, un processus bien huilé

PARALYSIE: Grâce à un bras robotisé, une patiente paralysée parvient à se nourrir -

Autres actualités sur le même thème

Pages