Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

AQUAGYM : Le HIIT dans l’eau redonne de la mobilité et de la qualité de vie

Actualité publiée il y a 8 mois 3 jours 12 heures
BMJ
Pratiquer une forme intense d’aquagym ou HIIT dans l'eau permet l’amélioration de la capacité d’exercice, de la mobilité et de la qualité de vie (Visuel Adobe Stock 644998712).

Pour les personnes plus âgées et plus fragiles, ou celles souffrant de comorbidités chroniques ou de certaines affections de longue durée (ALD), l’eau peut être un environnement plus adapté pour pratiquer l’exercice, y compris l’exercice d’intensité élevée. Cette équipe recommande ainsi aux personnes en ayant la capacité, de pratiquer une forme intense d’aquagym ou HIIT ou High Intensity Interval Training en milieu aquatique. Avec des preuves d'efficacité et de sécurité, présentées dans le British Medical Journal, et de bénéfices comme l’amélioration de la capacité d’exercice, de la mobilité et de la qualité de vie.

 

L’eau et son apesanteur offrent ainsi une alternative aux personnes dans l’incapacité d'effectuer des mouvements similaires, en milieu « terrestre ». Ce milieu peut permettre à nouveau la pratique de l’entraînement par intervalles de haute intensité ou HIIT avec un impact similaire à celui de l'entraînement classique. Le HIIT étant un type d’exercice qui implique de brèves séries de mouvements de haute intensité suivies de courtes périodes de récupération avec des mouvements de moindre intensité. Le HIIT est considéré comme une forme d’exercice apportant plus d’avantages pour la santé que l’exercice d’intensité modérée (comme la marche par exemple) et permettant d’augmenter la capacité aérobie et l’endurance.

 

L’étude confirme en effet le HIIT aquatique comme  une alternative à la fois sûre et efficace pour les personnes plus fragiles, voire atteintes de maladies chroniques.

Pratiquer le HIIT dans l’eau permet de réduire la pression sur les articulations,

les participants pouvant ainsi effectuer à nouveau des mouvements qu’il ne pouvaient plus faire sur terre.

Cette méta-analyse de 18 essais a comparé, chez 868 participants à 74 % des femmes, les effets du HIIT aquatique (capacité d'exercice mesurée par la consommation d'oxygène, des tests de marche et des tests de condition physique) avec ceux du HIIT classique, ceux d’une aquagym d’intensité modérée et les effets de l’absence de pratique de l’exercice physique (groupe témoin). Les participants souffraient de diverses affections, notamment des maux de dos, de l'arthrite, de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), de diabète de type 2 et de sclérose en plaques. Certains des participants souffraient même de plusieurs comorbidités. Les différences d’effets entre les groupes ont été exprimées sous forme de différences moyennes standardisées (DMS), une DMS de 0,2 à 0,5 indiquant un petit effet, de 0,5 à 0,8 un effet modéré et de 0,8 ou plus un effet plus important. L’analyse révèle que :

 

  • le HIIT aquatique améliore la capacité d’exercice vs l’absence d’exercice (SMD 0,78) ;
  • aucune différence dans la capacité d’exercice n’est observée entre le HIIT aquatique et le HIIT classique ;
  • les événements indésirables sont moins fréquents avec le HIIT aquatique vs terrestre ;
  • l’observance de la pratique du HIIT aquatique est remarquable : elle varie de 84 % à 100 %, ce qui suggère que les participants apprécient la poursuite de ce type d’exercice.

 

Si l’étude est observationnelle et n'a pas pu examiner les améliorations à plus long terme, elle apporte une meilleure compréhension des avantages du HIIT en milieu aquatique, pour les personnes plus âgées ou atteintes de comorbidités.

 

« La découverte clé de cette méta-analyse est que

pratiquer le HIIT dans l’eau apporte les mêmes avantages que sur terre

et donc représente une alternative, plus sûre, de poursuivre ou reprendre la pratique d’un entraînement de haute intensité ».

 


Autres actualités sur le même thème