Vous recherchez une actualité
Actualités

ARTHROSE : FoxO pour éviter son développement avec l’âge

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 2 jours
Science Translational Medicine
Les FoxO sont des protéines clés dans le risque d'arthrose au cours du vieillissement

Cette équipe du Scripps (La Jolla) en découvrant que les FoxO sont des protéines clés dans le risque d'arthrose au cours du vieillissement, ouvre une toute nouvelle voie thérapeutique : ces travaux, présentés dans la revue science Translational Medicine, suggère que ces facteurs de transcription FoxO pourraient être des cibles thérapeutiques prometteuses dans l'arthrose.

 

Les protéines FoxO sont des facteurs de transcription déjà documentés comme impliqués dans la régulation de l'autophagie, du métabolisme et du vieillissement. L’équipe regarde ici le rôle de différents FoxO dans le développement du cartilage, l'homéostasie et la dégénérescence au cours de l'arthrose.

 

Déficience en FoxO et risque d’arthrose : l’équipe montre que,

  • des souris déficientes en FoxO spécifiques aux chondrocytes (cellules du cartilage en rouge) présentent une arthrite plus sévère avec le vieillissement et une dégradation accrue du cartilage en réponse à une arthrite provoquée chirurgicalement ;
  • ces souris modèles d’arthrite déficientes en FoxO expriment également moins de lubrifine, une protéine qui aide à réduire la friction dans les articulations.
  • La protéine spécifique FoxO1 ainsi que certains gènes liés à l'autophagie sont également réduits dans des lignées de chondrocytes humains de patients atteints d'arthrose,
  • la restauration de l'expression de FoxO1 réduit les niveaux de cytokines inflammatoires et accroît les niveaux de lubrifine.

 

 

Les facteurs FoxO, de nouvelles cibles thérapeutiques dans l'arthrose ? les protéines FOXO sont responsables du maintien de notre santé articulaire :

  • de précédentes recherches ont montré qu'au fur et à mesure que les articulations vieillissent, les taux de protéines FoxO dans le cartilage diminuent ;
  • globalement, les patients souffrant d'arthrose ont une expression plus faible des gènes nécessaires au processus d’autophagie. Or, la déficience en FoxO est associée à des défauts de l'autophagie et des mécanismes qui protègent les cellules contre les oxydants ;
  • sans FoxO, l'expression des gènes liés à l'inflammation monte en flèche, provoquant la douleur, tandis que les niveaux de gènes liés à l'autophagie s'effondrent, laissant les cellules incapables de se réparer.

 

La prochaine étape sera donc de développer des molécules qui « améliorent » FoxO et de les tester sur des modèles expérimentaux d'arthrose.

Autres actualités sur le même thème