Vous recherchez une actualité
Actualités

ATHÉROSCLÉROSE : 40% des adultes en bonne santé ont des dépôts dans les artères

Actualité publiée il y a 1 semaine 23 heures 41 min
Circulation
Plus de 40% des adultes sans maladie cardiaque connue présentent des dépôts graisseux dans les artères, ce qui suggère un certain degré d'athérosclérose et un risque accru de maladie et d’événement cardiovasculaire (Visuel AHA)

Cette large étude à paraître dans la revue Circulation de l’American Heart Association révèle que plus de 40% des adultes sans maladie cardiaque connue, présentent des dépôts graisseux dans les artères, ce qui suggère un certain degré d'athérosclérose et un risque accru de maladie et d’événement cardiovasculaire. De nouvelles données qui engagent à réviser les critères diagnostiques et notamment à bien prendre en compte tous les facteurs et marqueurs de risque, et pas seulement le score de calcificattion.

 

L'athérosclérose, définie par l'accumulation de dépôts graisseux dans les vaisseaux sanguins qui irriguent le cœur, est une cause majeure de crise cardiaque. Une approche largement utilisée pour dépister les personnes à risque de maladie cardiaque mais qui ne présentent pas encore de symptômes est la tomodensitométrie cardiaque qui permet d’obtenir un score de calcification des artères coronaires (CAC). L'analyse crée des images en coupe transversale des vaisseaux qui irriguent le muscle cardiaque pour mesurer la présence et la densité de la plaque contenant du calcium dans les artères coronaires. Sur la base de ces scans, les patients se voient attribuer un "score CAC" pour estimer leur risque ou l'étendue de la maladie coronarienne.

Un score de 0 ne signifie pas forcément un risque zéro

Un score CAC de 400 ou plus est associé à un risque élevé d'avoir une crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou de décès de cause cardiaque à 10 ans. Cependant, le score CAC peut manquer une partie des personnes à risque de crise cardiaque.

 

« Certaines personnes présentent un risque même si elles ont un score CAC de zéro », explique l’auteur principal, le Dr Göran Bergström, professeur de physiologie au département de médecine moléculaire et clinique de l'Université de Göteborg (Suède). « La mesure de la calcification est importante, mais elle n’apporte pas de données sur l'athérosclérose non calcifiée, qui augmente également le risque de crise cardiaque ».  

 

L’étude est menée auprès d’adultes âgés de 50 à 64 ans, vivant en Suède sans maladie cardiaque connue, participant à l'étude CARdioPulmonary BioImage (SCAPIS). L’analyse a porté précisément sur les données de 25.182 participants sans antécédents de crise cardiaque ou d'intervention cardiaque ayant passé à la fois des scintigraphies CAC et des angiographies coronariennes par tomodensitométrie. L’objectif était de préciser la prévalence de l'athérosclérose en population générale sans maladie cardiaque établie. L’étude constate que :

 

  • les examens permettent de détecter un certain degré d'athérosclérose chez plus de 42 % des participants ;
  • chez 5,2 % des personnes atteintes d'athérosclérose, l'accumulation de graisse obstrue le flux sanguin dans au moins une artère coronaire (sur 3) et de 50 % ou plus ;
  • chez près de 2 % des personnes présentant une accumulation de plaque d’athérome, l'athérosclérose est plus avancée : le flux sanguin est obstrué vers l'artère principale qui alimente en sang de grandes parties du cœur et, dans certains cas, les 3 artères coronaires sont obstruées ;
  • l’athérosclérose apparaît commencer en moyenne 10 ans plus tard chez les femmes vs les hommes ;
  • l'athérosclérose est 1,8 fois plus fréquente chez les personnes âgées de 60 à 64 ans que chez les personnes âgées de 50 à 54 ans ; ainsi, sa prévalence double en 10 ans ;
  • des niveaux plus élevés d'athérosclérose observés par imagerie sont associés des scores CAC également plus élevés ;
  • un score CAC >400 est associé, dans 50% des cas, à un blocage important, soit plus de 50 % du flux sanguin réduit dans l'une au moins des artères coronaires ;
  • parmi les participants ayant un score CAC de zéro, 5,5% présentent une athérosclérose détectée par angiographie et 0,4% une obstruction significative de la circulation sanguine.

 

Les directives actuelles sont à revoir : en effet, elles associent un score CAC de 0 et un niveau intermédiaire de facteurs de risque, à un faible risque de crise cardiaque future. Cependant, l’étude constate que 9,2% des personnes qui correspondent à ce profil présentent une athérosclérose visible à l’imagerie.

L'athérosclérose coronarienne est une maladie silencieuse

et courante chez les adultes d'âge moyen. Sa prévalence augmente fortement avec le sexe, l'âge et les facteurs de risque. Un score de calcification nul n'exclut pas le développement de la maladie, tous les facteurs de risque traditionnels de maladie coronarienne doivent être pris en compte.

Autres actualités sur le même thème