Actualités

CAFÉ : Sucré ou non sucré, sa consommation réduit le risque de décès

Actualité publiée il y a 6 mois 1 semaine 1 jour
Annals of Internal Medicine
La consommation de café, qu’il soit sucré ou non sucré est associée à un risque de décès réduit (Visuel Fotolia 140491672)

La consommation de café, qu’il soit sucré ou non sucré, est associée à un risque de décès réduit, conclut cette étude de cohorte menée à la Southern Medical University de Guangzhou (Chine). L’analyse, publiée dans les Annals of Internal Medicine révèle que, par rapport aux non-buveurs de café, les adultes qui en consomment des quantités modérées (1,5 à 3,5 tasses par jour) sucré, ou non sucré, ont un risque réduit de décès à 7 ans.

 

En revanche, pour les consommateurs qui préfèrent les édulcorants artificiels, les conclusions sont moins claires. Mais, globalement, cette nouvelle étude confirme les résultats de précédentes recherches sur les bénéfices du café en termes de mortalité, sucre ou pas sucre.

Sucre ou pas sucre, le café confirmé comme favorable à la santé

L'étude : il s’agit de l’analyse des données de comportements de santé de l'étude U.K. Biobank pour évaluer les associations entre la consommation de café sucré, « édulcoré » et non sucré avec la mortalité toutes causes confondues, chez plus de 171.000 participants exempts de maladie cardiaque ou de cancer. L’analyse révèle qu’au cours de la période de suivi de 7 ans :

 

  • les participants qui ont consommé n'importe quelle quantité de café non sucré ont un risque réduit de 16 à 21 % de décès que les participants qui n’ont pas consommé de café ;
  • les participants qui ont consommé entre 1,5 à 3,5 tasses de café sucré avec du sucre chaque jour présentent un risque réduit de 29 à 31 % de décès ; ces consommateurs de café sucré sucrent leur café avec l’équivalent d’environ 1 cuillère à café de sucre par tasse de café en moyenne ;
  • les données en termes de réduction de la mortalité ne sont pas significatives pour les consommateurs de café qui utilisent des édulcorants artificiels.

 

Ce sont bien des résultats d’association, ce qui signifie que si le café apporte des bénéfices -bien documentés- pour la santé, des facteurs de confusion possibles ont pu influer sur ces résultats, dont le statut socio-économique, l'alimentation et d'autres facteurs liés au mode de vie.

 

Mais attention, la quantité moyenne de sucre quotidienne utilisée par les participants était bien inférieure à celle consommée dans les chaînes de café populaires et les auteurs alertent sur la consommation de sucre, qui doit rester modérée.

Autres actualités sur le même thème