Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CANCER du CÔLON : Comment la curcumine accélère sa suppression

Actualité publiée il y a 1 année 3 jours 9 heures
Nature
La curcumine, cette poudre jaune dérivée des racines de l’épice curcuma (Curcuma longa) est déjà documentée pour ses propriétés antitumorales (Visuel Adobe Stock 381444721)

La curcumine, cette poudre jaune dérivée des racines de l’épice curcuma (Curcuma longa) est déjà documentée pour ses propriétés antitumorales. En montrant, dans la revue Nature, que le composé active la voie de suppression des tumeurs colorectales, cette équipe de biologistes, pharmacologues et cancérologues de la Ludwig-Maximilians-Universität München (LMU), vient de trouver un nouveau moyen de déjouer un mécanisme de protection du cancer.

 

Le cancer colorectal est l'un des types de cancer les plus répandus dans le monde. Dans plus de la moitié des cas, un mécanisme de protection important dans les cellules est inactivé par des mutations du gène suppresseur de tumeur p53. Le produit de ce gène, un facteur de transcription, induit une molécule de microARN appelée miR-34, qui joue un rôle clé dans la suppression tumorale. L’équipe de la LMU, dirigée par le Dr Heiko Hermeking, professeur de pathologie, démontre in vitro et in vivo, que la curcumine peut activer un mécanisme de protection alternatif, une autre voie de signalisation qui induit aussi l'expression de miR-34.

Favoriser l’expression du miARN miR-34, qui joue un rôle clé dans la suppression tumorale

« La littérature présentait déjà des preuves que la curcumine peut induire miR-34 », expliquent les chercheurs, qui en apportent aujourd’hui une démonstration et décryptent le mécanisme sous-jacent :

 

L'étude,

 

  • in vitro, sur des lignées de cellules cancéreuses colorectales humaines génétiquement modifiées, les chercheurs démontrent que la curcumine augmente la production d'espèces réactives de l'oxygène (ROS) dans les cellules tumorales. Ces ROS activent une voie de signalisation qui conduit à la production de miR-34 via le facteur de transcription NRF2, qui induit alors un vieillissement prématuré et une mort programmée des cellules tumorales ;
  • la capacité des cellules tumorales à migrer et à envahir les tissus environnants est altérée ;
  • in vivo, sur la souris modèle de cancer colorectal, l'expression de miR-34, induite par la curcumine supprime la métastase des cellules cancéreuses colorectales dans les poumons ;
  • la curcumine, via la production de miR-34, rend les cellules tumorales plus sensibles à la chimiothérapie.

 

La curcumine permet ainsi de bloquer la cascade de signaux induite par p53 et d’activer miR-34, avec des promesses de nouvelles options thérapeutiques.

Plus sur le Blog Cancer

Autres actualités sur le même thème