Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du PANCRÉAS : Des bactéries buccales révèlent les tumeurs plus agressives

Actualité publiée il y a 4 mois 2 semaines 6 jours
Gut
L’endoscopie pancréatique invasive source de bactéries buccales ?

La présence de bactéries buccales dans les tumeurs cystiques du pancréas est associée à la gravité et l’agressivité de la tumeur, conclut cette étude du Karolinska Institutet présentée dans la revue Gut. Des résultats qui vont contribuer à améliorer le diagnostic, le pronostic et la personnalisation du traitement du cancer du pancréas. Et parmi les questions posées par cette étude, celle de la transmission de bactéries orales par le biais de l'endoscopie.

 

Le cancer du pancréas est l’un des cancers les plus meurtriers. La maladie est souvent détectée tardivement, ce qui signifie que dans la plupart des cas, le pronostic est mauvais. Mais toutes les tumeurs du pancréas ne sont pas cancéreuses. Il existe ainsi des tumeurs dites kystiques du pancréas (kystes pancréatiques), dont beaucoup sont bénignes. Quelques-unes de ces tumeurs peuvent cependant devenir cancéreuses. Le défi est donc de pouvoir différencier ces tumeurs.

 

Cependant, la tâche est complexe : pour écarter le risque de cancer, de nombreux patients subissent une intervention chirurgicale, qui met à rude épreuve le patient et les services de santé. Cette équipe ouvre une nouvelle option, la recherche bactéries orales dans ces tumeurs kystiques, dont la présence est liée à la gravité de la tumeur. « Nous trouvons la plupart des bactéries au stade où les kystes commencent à montrer des signes de cancer », explique l’auteur principal, le Dr Margaret Sällberg Chen, professeur au département de médecine dentaire du Karolinska Institutet : « Ce que nous espérons, c'est que ces bactéries puissent servir de biomarqueur pour l'identification précoce des kystes cancéreux qui doivent être retirés chirurgicalement. Cela permettrait également de réduire le nombre de chirurgies inutiles de tumeurs bénignes. Ceci dit, d’autres études seront nécessaires pour confirmer nos résultats ».

 

Une plus grande présence de certaines bactéries buccales indique un cancer de haut grade : L’équipe a examiné la présence d'ADN bactérien dans le liquide s’écoulant de kystes pancréatiques chez 105 patients et a comparé le type et la gravité de leurs tumeurs. L’équipe constate que le liquide des kystes présentant une dysplasie et un cancer de haut grade contient beaucoup plus d'ADN bactérien que celui provenant de kystes bénins. Pour identifier les bactéries, les chercheurs ont séquencé l'ADN de 35 des échantillons contenant de grandes quantités d'ADN bactérien. Ils trouvent alors de grandes variations dans la composition bactérienne entre les différents patients, mais aussi une plus grande présence de certaines bactéries buccales dans les liquides et les tissus provenant de kystes présentant une dysplasie et un cancer de haut grade.

 

« Nous avons été surpris de trouver des bactéries buccales dans le pancréas, mais ce n'était pas totalement inattendu : l’une des bactéries identifiées a déjà été relevée par une précédente analyse de la salive de patients atteints d'un cancer du pancréas ».

 

L’endoscopie pancréatique invasive source de bactéries buccales ? Les chercheurs ont également étudié différents facteurs susceptibles d’affecter la quantité d’ADN bactérien dans le liquide tumoral. Ils ont constaté que la présence d'ADN bactérien était plus élevée chez les patients ayant subi une endoscopie pancréatique invasive, une procédure impliquant l'insertion d'un tube flexible dans la bouche pour examiner et traiter les affections pancréatiques, entraînant ainsi le transfert possible de bactéries buccales dans le pancréas. Mais résultats étaient mitigés, donc l'endoscopie ne peut pas être la réponse complète à la raison de la présence de la bactérie. Cependant, il serait peut-être possible de réduire le risque de transfert de bactéries buccales dans le pancréas en rinçant la bouche avec un agent antibactérien et en assurant une bonne hygiène buccale avant l'examen.

 

Les résultats peuvent aider à réévaluer le rôle des bactéries dans le développement des kystes pancréatiques. Si des études ultérieures montrent que la bactérie affecte réellement le processus pathologique, cela pourrait conduire à de nouvelles stratégies thérapeutiques utilisant, en particulier, des agents antibactériens.

Autres actualités sur le même thème