Actualités

CANCER du POUMON : Les promesses antimutagènes du jus d'Actinidia arguta

Actualité publiée il y a 1 semaine 1 jour 20 heures
Genes and Environment
Le jus d'Actinidia arguta (sarunashi ou mini-kiwi japonais) est capable d’inhiber le cancer du poumon chez la souris (Visuel Adobe Stock 292339894)

Il ne faut pas négliger le pouvoir anticancéreux de certaines plantes et de certains nutriments, notamment en combinaison avec les médicaments. Cette équipe de l’Okayama University (Japon) en apporte un bon exemple avec le jus d'Actinidia arguta (sarunashi ou mini-kiwi japonais) et montre que ce jus est capable d’inhiber le cancer du poumon chez la souris. Au-delà, les chercheurs décryptent, dans la revue Genes and Environment, le mécanisme d'action probable du jus de Sarunashi contre le cancer du poumon.

 

L’étude, menée chez des souris exposées à des cancérogènes confirme que le jus d'Actinidia arguta réduit les nodules tumoraux. Alors que le cancer du poumon reste la principale cause de décès par cancer dans le monde, avec un taux de survie à 5 ans parmi les plus faibles, des équipes de recherche de plus en plus nombreuses travaillent à identifier de nouveaux composés, si possibles naturels, chimiopréventifs.

Des ingrédients actifs de différents fruits sont déjà connus pour réduire le risque de maladies chroniques, dont le cancer.

L'étude a regardé si l’Actinidia arguta, un fruit comestible japonais, déjà connu pour ses anti-oxydants avait également des capacités anticancéreuses. Ils montrent ici chez la souris que le jus de Sarunashi et l’un de ses composé, l’isoquercétine (isoQ) peuvent contribuer à prévenir et à réduire le cancer du poumon.

 

A. arguta est l'une des sources les plus riches en polyphénols et en vitamine C. D’autres études avaient déjà suggéré l'effet inhibiteur du jus de Sarunashi (sar-j) sur la mutagenèse, l'inflammation et la tumorigenèse sur la peau de la souris. En cause, dans ces effets bénéfiques des composés phénoliques hydrosolubles et thermosensibles. Ici, les chercheurs mettent en évidence le potentiel anticancérogène élevé du composé polyphénolique isoQ.

 

Ces résultats précliniques sont très encourageants : le nombre de nodules tumoraux par poumon de souris dans le groupe ayant reçu des injections de NNK (composé cancérigène du tabac) et des doses orales de jus d'A. arguta reste significativement réduit vs groupe témoin.

 

  • D’autres expériences montrent que le jus d'A. arguta (Sar-j) et son composé polyphénolique isoQ semblent exercer leur effet antimutagène en accélérant la réparation de l'ADN.

 

 « Le Sar-j et l'isoQ ont réduit la tumorigenèse pulmonaire induite par le NNK : Sar-j cible à la fois les étapes d'initiation et de croissance ou de progression de la carcinogenèse, en particulier via l'anti-mutagenèse, la réparation de l’ADN et la suppression de la signalisation de croissance tumorale ».

Plus sur le Blog Cancer

Autres actualités sur le même thème