Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER du SEIN: Cellules tumorales circulant dans le sang, signe de mauvais pronostic

Actualité publiée il y a 8 années 6 mois 2 jours
The Lancet Oncology

Ces résultats pourront, selon ces chercheurs américains, donner lieu à un test sanguin de pronostic, y compris pour les cancers du sein dits précoces, non métastastiques. Ces conclusions, publiées dans l’édition du 6 juin du Lancet Oncology, montrent en effet que la présence d’une ou plusieurs cellules tumorales circulant dans le sang est plutôt mauvais signe car prédictif de récidive et d'un risque de décès multiplié par 5.

Alors que l'identification de cellules tumorales circulantes est déjà associée à un mauvais pronostic dans le cancer du sein métastatique, il y avait peu d'études décrivant l'importance des cellules tumorales circulantes chez les patientes atteintes au stade précoce et non métastatique de la maladie. Ces cellules rares sont déjà considérées comme un signe de risque de propagation du cancer à d'autres organes.


Les chercheurs du Département d'oncologie de l'Université du Texas ont travaillé sur les données sur les cellules tumorales circulantes (CTC) au moment de la chirurgie de 302 patientes atteintes d'un cancer du sein précoce, naïves de chimiothérapie et dans les 5 années suivant leur diagnostic de cancer. Par mesure des cellules tumorales circulantes avec le système CellSearch (Veridex, Raritan), les chercheurs ont pu corréler leurs mesures avec les caractéristiques de la tumeur dont la taille, la présence de récepteurs spécifiques (œstrogène, progestérone et HER2) et le statut des ganglions axillaires, un facteur bien connu de pronostic majeur du cancer du sein. Les chercheurs ont suivi ces résultats sur 35 mois.

CTC signifie un risque de décès multiplié par 4 ou 5 : L'étude a ainsi identifié une ou plusieurs cellules tumorales circulantes dans 24% des cas. La détection de cellules tumorales circulantes prédit bien une survie sans progression et globale diminuées (respectivement : HR : 4,62, IC : 95% et HR : 4,04). Soit un risque de décès de 4 à 5 fois supérieur. Ainsi, 15% des patientes testées positives pour les cellules tumorales circulantes ont rechuté et 10% sont décédées durant l'étude, vs respectivement 3% et 2%, pour les patientes sans CTC.

Les chercheurs concluent que la présence d'une ou plusieurs cellules tumorales circulantes prédit un risque de récidive précoce et de survie globale diminuée chez ces patientes naïves de chimiothérapie atteintes de cancer du sein non métastatique. Un test sanguin de détection des cellules tumorales circulantes peut donc bien fournir des informations pronostiques importantes chez ces patientes.

Source: Lancet Oncology 2012; DOI: 10.1016/S1470-2045(12)70209-7 "Circulating tumour cells in non-metastatic breast cancer: a prospective study" (Visuel National cancer Institute-Scripps Institute)

Accéder aux dernières actualités sur le Cancer du sein

Lire aussi : CANCER du SEIN: Vers un test de détection sanguin

Autres actualités sur le même thème