Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER : Il s’endort pour échapper à la chimiothérapie

Actualité publiée il y a 2 mois 4 semaines 22 heures
Cancer Discovery
Les cellules cancéreuses savent comment éviter la chimiothérapie : elles rentrent dans un état qui ressemble la sénescence (Visuel Adobe Stock 81147255)

Les cellules cancéreuses savent comment éviter la chimiothérapie : elles rentrent dans un état qui ressemble la sénescence, un type d'hibernation qui leur permet de résister au stress induit par les médicaments. C’est la démonstration de ces scientifiques du Weill Cornell medicine (New York), publiée dans la revue Cancer Discovery, avec de nombreuses implications pour le développement de nouvelles combinaisons de médicaments qui pourraient bloquer la sénescence et rendre la chimiothérapie plus efficace.

 

Ce processus biologique de dormance pourrait aider à expliquer pourquoi certains cancers réapparaissent après une période de rémission. La recherche menée à la fois sur des organoïdes, des souris modèles et des biopsies de patients, et précisément sur la leucémie myéloïde aiguë (LMA) explique la récidive fréquente de ce cancer. L’auteur principal, le Dr Ari M. Melnick, professeur d'hématologie et d'oncologie médicale au Weill Cornell Medicine explique : « La leucémie myéloïde aiguë peut être mise en rémission avec la chimiothérapie, mais elle revient presque toujours, et lorsqu'elle récidive, elle est incurable".

Pourquoi ne peut-on pas éliminer toutes les cellules cancéreuses ?

Depuis des années, les cancérologues cherchent à comprendre comment les tumeurs peuvent « rebondir » après avoir été anéanties par la chimiothérapie. L’hypothèse généralement retenue, en réponse à cette question, est que toutes les cellules d'une tumeur ne sont pas identiques au niveau génétique : c’est « l’hétérogénéité de la tumeur ». Une autre hypothèse suggère que les cellules souches tumorales ont la capacité de reformer une tumeur après la chimiothérapie.

 

L’hypothèse de la sénescence : ici, les scientifiques montrent que lorsque les cellules de LMA sont exposées à la chimiothérapie, un sous-ensemble de cellules entre dans un état d'hibernation, ou sénescence, à l’instar de cellules lésées qui prennent le temps, dans ce même état de sénescence de recruter des cellules immunitaires pour cicatriser. Le processus est également observé dans le développement d'embryons qui arrêtent temporairement leur croissance en raison d'un manque de nutrition, un état appelé « diapause embryonnaire ».

 

Les scientifiques citent également d’autres recherches récentes qui constatent également ce processus de sénescence dans d’autres types de cancer, dont le cancer du sein, de la prostate et les cancers gastro-intestinaux.

 

Cet état de sénescence inflammatoire est induit par une protéine : bloquer la protéine en question, ATR, pourrait donc être un moyen d'empêcher les cellules cancéreuses « de se mettre dans cet état ». Les chercheurs confirment en effet que l'administration d'un inhibiteur d'ATR aux cellules leucémiques avant la chimiothérapie les empêche d'entrer en sénescence, ce qui permet à la chimiothérapie de tuer toutes les cellules cancéreuses.

 

L’espoir des inhibiteurs d'ATR : si d’autres recherches sont nécessaires, en particulier pour déterminer à quel moment et comment les inhibiteurs d'ATR devraient être administrés, l’étude ouvre une nouvelle piste précieuse pour optimiser l’efficacité de la chimiothérapie et de limiter les récidives de certains cancers.

Autres actualités sur le même thème