Vous recherchez une actualité
Actualités

CANNABIS : En devenant parent, on n'arrête pas forcément

Actualité publiée il y a 2 années 12 mois 3 jours
Prevention Science

La consommation récréative de cannabis décline mais ne s’achève pas avec la parentalité, conclut cette étude de l’Université de Washington, et en particulier chez les parents qui ont globalement une attitude positive vis-à-vis du cannabis. Des données tout particulièrement intéressantes car issues du contexte changeant d’usage du cannabis, ici dans l'État de Washington, où le cannabis a été « légalisé » il y a juste 2 ans. Sur cette toile de fond d’autorisation de consommation -et dans la revue Prévention Science-, l'étude apporte une nouvelle photographie des usages chez les parents et les non-parents et de nouvelles pistes pour la prévention chez l'adolescent.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les comportements vis-à-vis du cannabis restent largement encore à cerner, car on ne connait pas les conséquences à long terme de la légalisation sur un usage modéré ou encore l'influence de la consommation des « jeunes » sur celle de leurs parents et vice versa. D'ailleurs, quels facteurs vont affecter le comportement, en particulier des parents ? Si de précédentes études ont associé la parentalité à une diminution de la consommation, la légalisation fait bouger les comportements.


L'étude a suivi 808 adultes, parents et non-parents, interrogés à des intervalles spécifiques sur une période de 12 ans, se terminant, en 2014, alors que la plupart des participants avaient 39 ans, soit 2 ans après la légalisation du cannabis à Washington. Un sous-groupe de 383 parents a été interrogé à différentes reprises. L'analyse conclut que :

-un pourcentage plus élevé de non-parents vs parents déclarent avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année ;

-à l'âge de 27 ans, par exemple, 40% des non-parents déclarent en avoir « fumé », vs environ 25% des parents.

-A l'âge de 30 ans, la consommation de cannabis diminue encore mais l'écart entre les 2 groupes parents, non-parents subsiste : 16% des parents vs 31% des non-parents.

-les participants qui ont commencé à consommer du cannabis jeunes adultes sont beaucoup plus susceptibles de continuer à en consommer même la trentaine bien passée et même après être devenus parents ;

-avoir un partenaire qui fume du cannabis augmente également la probabilité d'en consommer. Ces tendances valent à l'identique pour les parents et les non-parents, démontrant l'impact de l'influence des roches sur l'usage du cannabis.

Gérer l'utilisation de la substance au niveau de l'unité familiale est très probablement la conclusion qui ressort de ces nouvelles données : il ne suffit pas qu'un adolescent « quitte », ses parents doivent arrêter aussi… De même, le cas échéant, l'intervention dit porter sur les 2 partenaires. Enfin, attention aux attitudes trop positives à l'égard du cannabis, si nous voulons réguler son utilisation. En effet, si les risques d'une consommation modérée de cannabis pour la santé des adultes restent discutés, la prévention reste prioritaire pour les enfants et les adolescents.

19 May 2017 doi:10.1007/s11121-017-0801-5 Predictors of Adult Marijuana Use Among Parents and Nonparents

Plus de 150 études sur le Cannabis

Retrouvez toute l'actualité médicale du Cannabis sur « Addictions » Blog

Autres actualités sur le même thème