Vous recherchez une actualité
Actualités

CANNABIS : Les parents qui en consomment ne sont pas vraiment plus cool

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 3 jours
Journal of Social Work Practice in the Addictions
La consommation de cannabis ne rend pas les parents plus cool dans l’exercice de leur parentalité

La consommation de cannabis ne rend pas les parents plus cool dans l’exercice de leur parentalité, souligne cette étude de Université d'État de l'Ohio, la première à regarder l’effet de la substance sur le comportement des parents et, en particulier en ce qui concerne la discipline qu’ils imposent à leurs enfants. C’est presque le contraire, même. Des conclusions, présentées dans le Journal of Social Work Practice in the Addictions, qui contredisent l’idée généralement reçue d'une éducation parentale plus laxiste de la part de parents consommateurs de cannabis.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Des données d’autant plus intéressantes, qu’aux Etats-Unis, lieu de l’étude, 54% des adultes qui consomment du cannabis sont des parents. Et la majorité de ces parents ont des enfants de moins de 18 ans. « L'acceptabilité du cannabis augmente et de plus en plus de parents se sentent libres d’en consommer, parfois même devant leurs enfants », explique Bridget Freisthler, co-auteur de l'étude et professeur à Université de l'Ohio.

Certaines « mères consommatrices » affirment que l’utilisation du cannabis en fait de meilleurs parents ?

L’étude menée auprès de parents californiens révèle que les parents consommateurs actuels recourent en moyenne à plus de principes et mesures disciplinaires vis-à-vis de leurs enfants que les non-utilisateurs. Dans certains cas même, à la violence physique…Ainsi alors que certains parents prétendent que la consommation de cannabis fait des parents plus cool, plus détendus, ce n'est pas toujours le cas.

 

L'effet de la consommation de cannabis sur la parentalité est une préoccupation légitime avec l’usage croissant de la substance : un sondage mené en 2017 par Yahoo et le Marist College révélait que 54% des adultes qui en consomment aux États-Unis sont parents, et, pour la plupart d’enfants âgés de moins de 18 ans. Cette nouvelle étude apporte des précisions importantes sur les comportements des utilisateurs : ils sont pour 92% d’entre eux consommateurs d’alcool et dans leur exercice de la parentalité ils cherchent souvent à contrôler davantage leurs enfants que les non-utilisateurs.

 

Les parents consommateurs réagissent plus rapidement et plus vivement à un écart de leur enfant :

« Il semble que les utilisateurs soient plus rapides que les autres parents à réagir à des problèmes de comportement mineurs », expliquent les auteurs. Ce sondage téléphonique mené auprès de 3.093 parents d'enfants âgés de 12 ans ou moins, sélectionnés au hasard en 2009 sur leur consommation récente (au cours de la dernière année) et passée (il y a un an ou plus) d'alcool, de cannabis, de méthamphétamine et d’autres substances ainsi que sur leur exercice de la parentalité (notamment discipline, sanctions etc…) apporte des résultats surprenants :

  • les parents qui ont consommé du cannabis au cours de la dernière année ont tendance à recourir davantage à toutes sortes de sanctions disciplinaires plus que les non-consommateurs, même en tenant compte de divers autres facteurs susceptibles d'avoir une incidence sur la mise en œuvre de ces règles disciplinaires, tels que le stress parental, la dépression, ou le nombre d’enfants. Ces résultats sont reproduits d’ailleurs à l’identique avec la consommation d’alcool…
  • les parents qui ont dans le passé déjà consommé du cannabis, mais ne sont pas des consommateurs actuels appliquent également des sanctions disciplinaires plus souvent que les non-utilisateurs ;
  • plus les parents utilisent de substances, plus leur pratique de la discipline est rigoureuse voire excessive : ainsi, les parents qui déclarent consommer la plupart des substances commettent bien plus fréquemment des abus physiques, à un taux environ 1,45 fois supérieur à ceux qui n'en consomment qu'une seule ;
  • enfin, la fréquence annuelle de la violence physique vis-à-vis des enfants s’avère 50% plus élevée chez les parents qui consomment à la fois de l'alcool et du cannabis, vs uniquement de l'alcool.
  • L'utilisation de plusieurs types de substances, qui est courante en cas de consommation de cannabis, doit être interprétée comme un signe d'avertissement, celui d’un recours parfois exagéré à la discipline.

 

 

Ainsi, si la consommation de cannabis est devenue plus courante et est légale dans un plus grand nombre d’États, il faut faire preuve de prudence quant à ses effets sur la parentalité. Le cannabis affecte de nombreux comportements, dont le comportement parental et cette étude alerte sur des effets « pas cool du tout ».

Autres actualités sur le même thème