Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CHEVEUX : Trop les défriser altère la fertilité

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 3 semaines
American Journal of Epidemiology
L'utilisation de produits de lissage chimiques est associée à une réduction des chances de grossesse, certes légère, mais significative (Visuel Adobe Stock 354559639)

Cette analyse, d’une équipe de biologistes de l'Université de Boston School of Public Health (BUSPH) révèle que l'utilisation de produits de lissage chimiques est associée à une réduction des chances de grossesse, certes légère, mais significative. Les minorités ethniques se trouvent plus fortement exposées et concernées par ce risque, conclut cette étude épidémiologique publiée dans l’American Journal of Epidemiology.

 

L’étude révèle que ces produits défrisants induisent une légère réduction de la capacité de conception, et cette réduction apparaît globalement associée à l’utilisation actuelle et antérieure de ces produits capillaires, à la fréquence et la durée d'utilisation et aux brûlures du cuir chevelu induites par ces produits. Ces résultats sont en ligne avec un nombre croissant d’études suggérant un lien entre les problèmes de fertilité et l'exposition à ces composés chimiques toxiques et perturbateurs endocriniens présents dans les produits de beauté.

Les phtalates, certains phénols (bisphénols) et les parabènes à nouveau mis en cause

Ici, l’étude montre que ces composés peuvent contribuer à réduire la fécondabilité.

 

L'étude analyse les données de la cohorte BUSPH (PRESTO), qui suit 11.274 participantes de 6 mois avant la conception à 6 mois après l’accouchement et prend en compte les facteurs sociodémographiques, de mode de vie et les antécédents médicaux, ainsi que les données d’utilisation de ces produits défrisants de 2014 à 2022, révèle que par rapport aux participantes n’ayant jamais utilisé ce type de produits,

 

  • les utilisatrices sont plus susceptibles d’attendre plus longtemps avant de pouvoir concevoir ;
  • elles sont aussi dans l’ensemble plus âgées, ont un niveau d’études et de revenus moins élevé, un IMC plus élevé, sont plus susceptibles de fumer et d'être célibataires ;
  • l’utilisation de ces produits est plus fréquentes au sein des minorités noires et hispaniques ; plus de la moitié des participantes noires ont déclaré avoir utilisé leur premier défrisant avant l'âge de 10 ans, vs 1 à 17 % pour les autres groupes ethniques ;
  • les taux de fertilité sont les plus faibles chez les participantes ayant utilisé ces produits de lissage pendant au moins 10 ans ou au moins 5 fois par an, cependant, écrivent les chercheurs, le caractère dose-dépendant de la relation n’est pas significatif.

 

Les chercheurs avertissent que l’intégralité des ingrédients inclus dans ces produits de soins est rarement indiquée, de manière exhaustive sur l'étiquette et que davantage de données seraient en fait nécessaires pour décrypter les mécanismes spécifiques par lesquels ces produits de lissage affectent la fertilité.

 

Alors que les disparités dans l'exposition à ces composés toxiques apparaissent clairement, les chercheurs mettent en cause la pression de la société à se conformer à des normes de beauté « eurocentriques », ce qui incite les femmes notamment, et les plus jeunes à utiliser en excès ces produits de lissage des cheveux.

Plus sur le Blog Gynéco

Autres actualités sur le même thème