Vous recherchez une actualité
Actualités

CHIRURGIE ESTHÉTIQUE : Le « Daddy Do-Over », pour échapper au "physique de papa"

Actualité publiée il y a 3 semaines 1 jour 5 heures
American Society of Plastic Surgeons
Depuis 2000, le trecours à la chirurgie esthétique par les hommes a augmenté de 101%.

Depuis les années 2000, l'utilisation de la chirurgie esthétique par les hommes a augmenté de 101%. Un nombre croissant d'hommes ou de « papa » décident de subir une opération de chirurgie plastique, alimentant la tendance du « Daddy Do-Over », à l’instar du « Mommy Makeover », pour les femmes ! Cet article présenté par l’American Society of Plastic Surgeons révèle même un pic de ces interventions avant la Fête de Pères, avec l’objectif d’échapper un peu plus longtemps au physique de papa…

 

Comme les femmes ont tout un éventail de procédures "à leur disposition", les hommes ont constitué leur propre ensemble de traitements, avec l’objectif de pouvoir renforcer la confiance en eux et améliorer leur apparence physique. Ce nouveau rapport de l'American Society of Plastic Surgeons révèle que l'an dernier seulement, plus de 1,3 million d'interventions esthétiques ont été pratiquées sur des hommes, soit une augmentation de 29% par rapport à 2000.

 

Le « Daddy-Do-Over » comprend à la fois des interventions chirurgicales et non chirurgicales

Ces gestes sont généralement effectués en une seule séance, et comprennent aussi et de plus en plus souvent, des interventions de contouring corporel. La chirurgie plastique devient une demande courante à l’occasion de la fête des pères, ces hommes souhaitant retarder « le physique de papa » le plus longtemps possible.

 

Les hommes ont leurs propres interventions, en raison d’habitudes alimentaires plus irrégulières comparées aux femmes, d’une pratique de l’exercice physique également fluctuante et d'habitudes de sommeil moins régulières. Les hommes remarquent principalement les changements de leur corps et de leur visage avec la parentalité, soulignent les auteurs, et cela commence donc dès la trentaine ou la quarantaine. Il s’agit donc la plupart du temps, d’éliminer de la graisse abdominale persistante, de pratiquer une réduction mammaire, de se faire transplanter de nouveaux cheveux ou attémuer quelques rides.

 

Des interventions de plus en plus variées et de moins en moins invasives : Cependant, sur plus de 200.000 interventions chirurgicales pratiquées sur des hommes en 2018, la rhinoplastie reste encore l’intervention la plus populaire, avec plus de 52.000 interventions. La chirurgie des paupières vient en deuxième position, suivie de la liposuccion (en hausse de 5%). La réduction mammaire (gynécomastie) se classe au quatrième rang avec plus de 24.000 procédures, en hausse de 22% depuis 2000, et la transplantation de cheveux au cinquième rang, en hausse de 17% depuis 2017. D’autres interventions, plus rares, comme la chirurgie du menton et l’élimination de la graisse buccale, ou encore le lifting, qui apportent une apparence plus jeune et plus tonique, sont en forte augmentation. Enfin, les hommes, comme les femmes, optent de plus en plus pour des interventions moins invasives : L'an dernier, près d'un demi-million d'interventions au Botox ont été pratiquées sur des hommes, et plus de 100.000 hommes ont reçu une injection de produit de comblement des rides.

 

La chirurgie plastique au secours de la carrière professionnelle : c’est un objectif de plus en plus partagé par ces hommes qui sautent le pas de la chirurgie et de la médecine esthétique. Avoir plus de confiance et d'estime de soi pour faire avancer sa carrière, voire mieux tenir la longueur par rapport à d’autres collègues plus jeunes...

Autres actualités sur le même thème