Vous recherchez une actualité
Actualités

CHOLESTÉROL et MALADIE CARDIAQUE: Un lien mythique pas toujours véridique

Actualité publiée il y a 2 années 5 mois 1 semaine
BMJ

Il y a le cholestérol total, le cholestérol LDL (Low Density Lipoproteins) dit « mauvais » cholestérol et le cholestérol HDL (High Density Lipoproteins). Si le principe généralement retenu est que le LDL obstrue les artères et constitue un facteur de risque de maladie cardiovasculaire, selon cette étude, qui crée une polémique médicale, il n'y a pas de lien entre le cholestérol LDL et la maladie cardiaque. Du moins chez les patients âgés de plus de 60 ans.

Faire la distinction habituelle entre bonnes et mauvaises graisses peut être un peu simpliste : Car le cholestérol HDL (lipoprotéines de haute densité) dit « bon cholestérol » peut, lui-aussi, dans certains cas, entraîner une inflammation des vaisseaux sanguins et augmenter le risque de crises cardiaques, avait déjà rectifié une étude américaine. Le cholestérol est ainsi, depuis longtemps envisagé, de manière positive ou négative, selon la façon dont il est véhiculé dans le sang. Ø Le « bon cholestérol» HDL qui transporte le cholestérol vers le foie contribue à maintenir les artères en bonne santé Ø Le « mauvais cholestérol » LDL, lorsqu'en excès, favorise la formation de dépôts sur les parois des artères, ce qui entraîne un durcissement et rétrécissement des artères, l'athérosclérose, le facteur de risque majeur d'accident vasculaire cérébral (AVC) ou de crise cardiaque. Cet examen de la littérature va plus loin, suggérant que le LDL n'est pas forcément facteur de maladie cardiaque ?


Il s'agit en fait d'une revue systématique de la littérature, menée par une équipe internationale, portant sur l'association entre le taux de cholestérol LDL et le taux de mortalité chez les personnes âgées plus de 60 ans. Les chercheurs ont ainsi sélectionné 30 études sur le sujet, portant au total sur 68.094 participants et dont 28 évaluaient le lien avec le risque de décès. Il se trouve que sur ces 30 études :

· 12 n'identifient aucun lien entre taux de LDL élevé et risque de décès,

· En revanche, 16 cohortes (représentant 92% du total des participants) constatent que des niveaux inférieurs de LDL sont liés à un risque accru de décès, soit le contraire de ce qui est aujourd'hui entendu.

· Sur 9 études qui portaient précisément sur le lien entre LDL et mortalité cardiovasculaire, 7 n'identifient aucun lien et 2 plaident pour le lien opposé.

Certains objectent que tout est dans la sélection des études sélectionnées et examinées et peut-être l'élimination d'études pertinentes, qui pour le coup auraient pu être favorables au lien LDL et risque cardiovasculaire élevés. Cependant, même dans ce cas, l'analyse et ses résultats qui poussent à réflexion, rappelle la possibilité que d'autres facteurs de santé et de mode de vie puissent influer de manière majeure sur le lien, entre cholestérol et maladie cardiaque. Enfin, l'analyse ne prend pas en compte la prise de médicaments de type statines qui vont « changer la donne ».

Rappelons que de nombreuses études suggèrent un lien clair entre les niveaux élevés de cholestérol et la maladie cardiaque. Mais ici les chercheurs concluent bien que, chez ce groupe de personnes âgées de plus de 60 ans, le cholestérol LDL est inversement associé à la mortalité, ces adultes plus âgés avec LDL élevé vivent aussi longtemps que les adultes à faible taux de LDL… Un appel à revoir ou a minima à préciser les directives sur la réduction du LDL chez les patients âgés.

Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages