Vous recherchez une actualité
Actualités

CHOLESTÉROL : Première version orale d’un inhibiteur de PCSK9

Actualité publiée il y a 2 semaines 3 jours 11 heures
AHA
Les médicaments inhibiteurs de PCSK9 agissent en bloquant une protéine du foie qui contribue à détruire les récepteurs du cholestérol LDL à la surface des cellules (Visuel Adobe Stock 49979738)

Ces 2 essais cliniques menés sur un nouvel inhibiteur de PCSK9 confirment la sécurité et l’efficacité du candidat à réduire le « mauvais » cholestérol LDL. Avec deux avantages de taille :

  • c’est le premier inhibiteur de PCSK9 administré par voie orale,
  • pris en combinaison avec une statine, il permet de réduire considérablement les taux de LDL-C.

Ces premières données de sécurité et d’efficacité viennent d’être présentées aux Réunions scientifiques 2021 de l’American Heart Association (AHA).

 

Les médicaments inhibiteurs de PCSK9 agissent en bloquant une protéine du foie qui contribue à détruire les récepteurs du cholestérol LDL à la surface des cellules. En préservant ces récepteurs chargés de retirer le cholestérol de la circulation sanguine, l’inhibiteur permet de « retirer » plus de LDL de la circulation sanguine. Les inhibiteurs de PCSK9 existants -dont certains sont autorisés en France depuis 2018- ne sont administrables que par injection. Cet essai clinique contribue à valider la première version orale d'un inhibiteur de PCSK9, « MK-0616 ».

Cette nouvelle classe de médicaments anticholestérol

restait  -jusque-là- indiquée dans des formes particulières et familiales d’hypercholestérolémie, mal contrôlées avec les traitements standards, comme les statines par exemple. Ici, les chercheurs envisagent des indications plus larges : « en dépit de la difficulté historique d'identifier et de développer des inhibiteurs oraux de PCSK9, notre objectif est de fournir un médicament oral simple pour aider les patients à réduire leur mauvais cholestérol », commente simplement, l’auteur principal, le Dr Douglas Johns, directeur de médecine translationnelle/pharmacologie clinique au Laboratoire Merck.

 

La molécule MK-0616 peut être administrée par voie orale pour bloquer la protéine PCSK9, aidant par la suite à réduire le "mauvais" cholestérol LDL qui peut s'accumuler dans les artères. Les premières preuves de ce mécanisme sont apportées avec cet essai clinique (chez l’Homme) :

  • seul ou en combinaison avec des statines, le candidat MK-0616 pris en une seule fois par jour en doses orales allant jusqu'à 300 milligrammes, a permis de réduire le cholestérol LDL sans provoquer d'effets secondaires graves chez 60 hommes et femmes en bonne santé (hors leur taux de cholestérol LDL élevé).

 

C’est la première preuve d’innocuité et d’’efficacité de l'absorption orale d'un peptide cyclique synthétisé chez l'Homme,

écrivent les scientifiques qui précisent une concentration stable et durable dans le sang des patients, qui participe à l'action anticholestérol du médicament.

 

Un deuxième essai sur MK-0616 a été mené auprès de 40 participants, âgés de 18 à 65 ans, qui prenaient déjà des statines pour contrôler leur taux de cholestérol depuis au moins 3 mois. Dans cette étude, 75 % (31) des participants ont reçu une dose orale une fois par jour de 10 milligrammes ou 20 milligrammes de MK-0616, tandis que 25 % (n=9) ont reçu un placebo - les deux groupes recevant MK-0616 en plus de leur traitement par statine actuel.

  • MK-0616 a réduit le cholestérol sanguin des participants d'environ 65 % par rapport aux niveaux de base après 14 jours de traitement.

 

Ces 2 études apportent donc des résultats encourageants, à confirmer néanmoins par d’autres essais cliniques. La molécule MK-0616 apporte l’espoir d’un prochain médicament anticholestérol, complémentaire des statines, qui pourrait participer activement à la lutte contre les maladies cardiovasculaires.

N.B. L’étude a été soutenue par Merck & Co.

Autres actualités sur le même thème