Vous recherchez une actualité
Actualités

CIRRHOSE : Le test métagénomique qui annonce le risque

Actualité publiée il y a 3 mois 3 semaines 5 jours
Cell Metabolism
Un test non invasif basé sur le microbiome des selles pour identifier le risque de cirrhose (AdobeStock_47351855)

Une signature universelle dérivée du microbiome intestinal peut prédire la cirrhose, et cette signature, identifiée par une équipe de l’Université de Californie - San Diego, pourrait donner lieu à un test simple et non invasif, d’analyse d’un échantillon de selles. Ce principe, documenté dans la revue Cell Metabolism, pourrait aider les patients atteints de stéatose hépatique non alcoolique à éviter l'une de ses complications mortelles et progressives, le cancer du foie.

 

La stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD), la principale cause de maladie hépatique chronique dans le monde, touche environ un quart de la population mondiale. Il s'agit d'une maladie évolutive qui peut entraîner une cirrhose, un cancer du foie, une insuffisance hépatique et la mort.

Un test non invasif basé sur le microbiome des selles pour identifier le risque de cirrhose

Le lien entre la NAFLD et le microbiome intestinal est déjà documenté. Cependant l’équipe de la San Diego School of Medicine est la première à rapporter que les microbiomes des selles ou la collection de bactéries trouvée dans le système gastro-intestinal peut permettre de prédire avec précision quelles personnes atteintes stéatose sont les plus à risque de développer une cirrhose ou une lésion irréversible du foie à un stade avancé- pouvant nécessiter dans certains cas une greffe de foie.

 

Ce test non invasif basé sur l’analyse du microbiome des selles répond donc à un besoin énorme et urgent, souligne l’auteur principal, le Dr Rohit Loomba, professeur de gastroentérologie à l'UC San Diego. L'étude, qui a comparé les microbiomes de selles de 163 participants atteints de stéatose et/ou de cirrhose à celles de patients exempts de toute maladie hépatique, valide en effet des signatures discrètes de la cirrhose, métagénomique et métabolomique du microbiome intestinal dans des cohortes de participants de Chine et d'Italie. En combinant ces signatures avec l'âge des participants et les niveaux d'albumine sérique (une protéine sanguine abondante produite dans le foie), il est donc possible aujourd'hui de prédire avec précision la cirrhose.

 

La prochaine étape consistera à comprendre la relation entre ces espèces microbiennes intestinales et la cirrhose afin d’identifier de nouvelles cibles de traitement.

Autres actualités sur le même thème