Vous recherchez une actualité
Actualités

COGNITION : Les cruciverbistes restent plus jeunes d'esprit

Actualité publiée il y a 2 années 2 mois 3 jours
AAIC
Des mots croisés au quotidien c'est 10 ans d'âge cérébral en moins

Faire quotidiennement des mots croisés permet de maintenir sa santé cognitive, révèle cette étude de l’Université d’Exeter. L’étude, présentée à l’Alzheimer's Association International Conference (AAIC) 2017 montre que les cruciverbistes les plus réguliers maintiennent leurs fonctions cérébrales au cours de la vie, avec, entre autres bénéfices, une vitesse de raisonnement grammatical élevée.

Ces chercheurs d’Exeter et du Kings College de Londres ont analysé les données de plus de 17.000 participants en bonne santé, âgés de 50 ans et plus. L'équipe a demandé aux participants combien de fois ils jouaient à faire des mots croisés. Puis ces participants ont été évalués par tests cognitifs en ligne (CogTrackTM et PROTECT) sur les différents aspects essentiels de la fonction cérébrale. L’analyse montre que plus souvent les participants jouent aux mots croisés, plus performant ils sont sur des tâches d'attention, de raisonnement et de mémoire.

Les mots croisés favorisent aussi la vitesse de raisonnement grammatical

 

10 ans d’âge cérébral en moins ! À partir des données obtenues, les auteurs estiment ainsi que cette pratique régulière permettrait de bénéficier d’une fonction cérébrale équivalente à celle d’un âge de 10 ans de moins, en particulier sur des fonctions de vitesse de raisonnement grammatical et de précision de la mémoire à court terme. L’analyse montre ainsi des relations directes entre la fréquence de jeu et la rapidité et la précision de la performance sur 9 tâches cognitives évaluant toute une gamme d'aspects cognitifs, dont l'attention, le raisonnement et la mémoire.

La performance est toujours meilleure chez ceux qui pratiquent les mots croisés ou encore se livrent régulièrement à des jeux d’énigme et des casse-têtes. Et cette amélioration cognitive est dose-dépendante de l’exercice mental ! Cette association, remarquable, en regard de la prévalence croissante de la maladie d’Alzheimer et des démences doit encore être validée par essai clinique, pour mieux évaluer l’amélioration de la fonction cérébrale.

De nombreux facteurs impliqués dans la démence sont évitables. En particulier l’inactivité cérébrale…Préciser les facteurs de mode de vie qui peuvent faire la différence et contribuer au maintien cognitif avec l’âge est donc un enjeu important en Santé publique. Rester actif physiquement, mais aussi intellectuellement, éviter de fumer et opter pour une alimentation saine et équilibrée peuvent faire toute cette différence.

Autres actualités sur le même thème