Vous recherchez une actualité
Actualités

CORONAVIRUS NCoV: 4 nouveaux cas confirmés en Arabie Saoudite

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 4 semaines
OMS

Alors que le 12 mai, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) confirmait la possibilité d’une transmissibilité interhumaine du nouveau coronavirus NCoV génétiquement proche du virus du SRAS, un nouveau bilan, au 14 mai, fait état de 4 nouveaux cas confirmés par le Ministère de la Santé d’Arabie Saoudite. 38 cas sont désormais confirmés en laboratoire dont 20 décès.

4 nouveaux cas, dont une femme âgée de 69 ans et 3 hommes âgés de 48 ans, 56 ans et de 81 ans, ces 4 patients étant tous atteints de plusieurs autres pathologies médicales pré-existantes. Depuis le début du mois de mai à ce jour, ce sont 19 cas dont 9 décès notifiés dans la seule Arabie saoudite. Ces 4 derniers cas confirment l'hypothèse que le virus affecte principalement les personnes qui sont déjà malades et ont un système immunitaire affaibli.


NCoV plus meurtrier que le SRAS ? Avec un taux de létalité estimé à 58%, le virus NCoV est aujourd'hui jugé plus meurtrier que le SRAS. L'importante flambée de cas de SRAS en Asie orientale, en 2002 et 2003, avait entraîné 8.096 infections et 774 décès. Le taux de mortalité estimé, du SRAS, proche de 10%, pourtant exceptionnellement élevé par rapport de celui la plupart des infections virales, est donc bien inférieur à celui du NCoV sur la base des données actuelles.

NCoV moins contagieux que le SRAS ? L'hypothèse actuellement retenue serait une contagiosité de personne à personne bien moindre et nécessitant pour NCoV un contact physique proche et prolongé, comme le partage d'une chambre d'hôpital. C'est pourquoi, à ce stade, l'OMS considère que le virus NCoV est moins dangereux que le SRAS ou la grippe porcine. Enfin, un espoir de traitement avec les résultats d'une étude récente qui a montré que 2 antiviraux, la ribavirine et l'interféron-alpha-2b, peuvent ralentir la réplication du virus sur des lignées de cellules humaines.

Sur la base des informations disponibles, l'OMS encourage néanmoins tous les États membres à poursuivre leur surveillance des infections respiratoires aiguës sévères (SARI) et les personnels de santé à faire preuve de vigilance en particulier face aux patients revenant de zones touchées par le virus et aux symptômes initiaux similaires à un cas grave de la grippe, comme la fièvre, la toux, l'essoufflement et les difficultés respiratoires.

Autres actualités sur le même thème

Pages