Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : C'était plus de sommeil pour les bébés ?

Actualité publiée il y a 2 semaines 3 jours 13 heures
Sleep Medicine
Parmi les rares avantages associés à COVID-19, ce petit « coup de pouce » apporté au sommeil des bébés et des jeunes enfants (Visuel Adobe stock 105134371)

Parmi les rares avantages associés à COVID-19, ce petit « coup de pouce » apporté au sommeil des bébés et des jeunes enfants, avec le télétravail de rigueur pour les parents et donc moins de déplacements, le matin tôt, aussi pour les enfants. Mais avec un contrepoint parmi beaucoup d’autres, un temps d’écran prolongé pour les enfants. Des données publiées dans la revue Sleep Medicine, qui incitent à analyser ces retours d’expériences, rarement mais parfois positifs, de la pandémie.

 

L’auteur principal, le Dr Michal Kahn, chercheur à la Flinders University (Australie) et ses collègues experts du sommeil pédiatrique mettent ainsi en avant un des rares avantages du travail à domicile :

plus de sommeil pour les bébés et moins de somnolence diurne pour les parents.

L’étude a suivi 1.518 nourrissons âgés de 1 à 18 mois et leurs parents, ayant vécu des confinements -comme la majorité de la population- durant toute la durée de la pandémie COVID-19. Les chercheurs ont évalué le sommeil des bébés par vidéo-somnographie et questionnaires en ligne remplis par les parents. L’analyse de ces données révèle que :

 

  • chez les nourrissons, la durée du sommeil nocturne a progressé, tout comme le temps d'exposition à l'écran :  les bébés dorment en moyenne 40 minutes de plus par nuit mais les plus âgés restent 18 minutes de plus par jour devant l’écran ;
  • chez les parents de nourrissons, la somnolence diurne est réduite mais en revanche une légère augmentation des symptômes dépressifs auto-déclarés est constatée ;

 

Ces quelques avantages pourraient être préservés, peut-être, par de nouveaux modes d'organisation du travail, mais l'étude met aussi en évidence la nécessité de sensibiliser à la réduction de l’utilisation des écrans par les enfants. De même, les auteurs appellent à développer des programmes de soutien psychologique permettant d’atténuer chez les parents les plus impactés, les effets des mesures de distanciation ou de travail à la maison.

 

Se préparer à de futures épidémies est une nécessité et tirer des enseignements des expériences, négatives ou parfois positives de la pandémie actuelle, peut considérablement aider les politiques et les systèmes de santé. Un exemple, donner aux parents la possibilité de travailler à domicile certains jours de la semaine, pourrait améliorer leur bien-être tout en favorisant le sommeil et le développement des nourrissons et des petits enfants.

Autres actualités sur le même thème