Actualités

COVID-19 : Des nano-leurres pour tromper le virus

Actualité publiée il y a 6 mois 3 semaines 2 jours
Nature Communications
Des nano-bulles (evACE2) contenant la protéine ACE2 pourraient permettre de prévenir les infections à SRAS-CoV-2 (Visuel Adobe Stock 447119260)

Des nano-bulles (evACE2) contenant la protéine ACE2 pourraient permettre de prévenir les infections à SRAS-CoV-2. Quel fonctionnement ? Les evACE2 agissent comme des leurres dans le corps et détournent les virus des récepteurs ACE2 présents sur les cellules hôtes. Cette toute nouvelle piste thérapeutique, documentée dans la revue Nature Communications va donner lieu à de nouvelles thérapies pour la prévention et le traitement des infections par les variants actuels et futurs de SRAS-CoV-2, mais aussi par d’autres coronavirus.

 

De plus, étant donné son principe d’action, soit « juste capturer » les virus en circulation, ce composé thérapeutique et biologique pourrait conjuguer efficacité maximale et toxicité minimale.

Un médicament leurre administrable sous forme de spray nasal

Les protéines evACE2 sont de minuscules bulles lipidiques (graisses) de la taille d'une nanoparticule qui expriment la protéine ACE2, comme des poignées sur lesquelles le virus peut s'agripper. Ces bulles agissent comme des leurres pour attirer le virus du SRAS-CoV-2 loin des protéines ACE2 présentes sur les cellules, ce qui évite que le virus infecte les cellules.

La protéine de pointe virale saisit la poignée d'evACE2 au lieu de l'ACE2 cellulaire,

ce qui l'empêche d'entrer dans la cellule. Une fois capturé, le virus arrimé va flotter sans danger et sera éliminé par une cellule immunitaire macrophage. À ce stade, il ne peut plus provoquer d'infection.

Alors que le nez est la principale porte d’entrée du virus et les muqueuses nasales sont riches en récepteurs ACE2, les scientifiques ont eu l’idée de le concevoir sous forme de spray nasal.

 

Les EvACE2 font partie de la réponse antivirale naturelle : le concept du médicament s’inspire d’un mécanisme naturel, car EvACE2 survient naturellement chez les patients COVID-19 dans le cadre de la réponse antivirale. Au départ, les scientifiques ont donc identifié ces nano-bulles naturelles contenant la protéine ACE2 (evACE2) dans le sang de patients COVID-19 : et plus la maladie est grave, plus les niveaux d'evACE2 détectés dans le sang du patient sont élevés.

 

Et contre les nouveaux et futurs variants ? Les chercheurs ont confirmé ensuite, via des études précliniques, que ces nanoparticules peuvent bloquer l'infection des différentes souches du virus SARS-CoV-2. Cette nouvelle phase montre que les protéines evACE2 sont capables de combattre les nouvelles variantes du SRAS-CoV-2 avec autant d’efficacité que la souche d'origine.

 

« Chaque fois qu'un nouveau variant émerge, le vaccin original et les anticorps thérapeutiques peuvent perdre de leur puissance », explique le Dr Huiping Liu, co-auteur et professeur de pharmacologie et de médecine à la Northwestern University Feinberg School of Medicine. « La beauté d'evACE2 est sa superpuissance qui permet de bloquer un large spectre de coronavirus, y compris de futurs coronavirus ».

 

La preuve in vivo : des études précliniques menées chez la souris démontrent le potentiel thérapeutique d'evACE2 pour prévenir ou bloquer l'infection par le SRAS-CoV-2 lorsqu'il est administré dans les voies respiratoires via un aérosol.  

 

En résumé, ces nanovésicules extracellulaires naturelles dans le corps qui expriment le récepteur ACE2 à leur surface et font partie de la défense adaptative normale antivirale, inspirent une nouvelle thérapie contre ce virus dévastateur mais aussi tous ces variants émergents et à venir. Car si les nouvelles souches virales possèdent de nouvelles mutations, en particulier au niveau de la protéine de pointe, elles s’arriment néanmoins aux cellules hôtes, via le récepteur ACE2.

 

La prochaine étape sera donc de développer evACE2 en tant que produit thérapeutique biologique (spray nasal ou thérapeutique injectée) pour la prévention et le traitement du COVID-19.

Autres actualités sur le même thème