Actualités

DÉPRESSION : Une nouvelle classe d'antidépresseurs à action plus rapide

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 6 jours
Science
Un nouveau composé à petite molécule régule le déclenchement des neurones sérotoninergiques et exerce ainsi un effet antidépresseur à action rapide (Visuel Adobe Stock 306754277).

Cette nouvelle étude révèle un composé à petite molécule qui régule le déclenchement des neurones sérotoninergiques et exerce ainsi un effet antidépresseur à action rapide. Ces travaux, publiés dans la revue Science, ouvrent une nouvelle voie pour développer une nouvelle classe de thérapies pour le trouble dépressif majeur (TDM) et d'autres troubles de l'humeur difficiles à traiter.

 

La dépression est l'un des troubles mentaux les plus courants et affecte des centaines de millions de personnes dans le monde. La plupart des antidépresseurs actuels ciblent le transporteur de la sérotonine (SERT). Cependant, ces options médicamenteuses sont limitées. Non seulement, ces antidépresseurs mettent jusqu'à 4 semaines avant de faire effet mais ils peuvent entraîner des effets secondaires négatifs, dont des pensées suicidaires. Enfin seule une minorité de patients répondent au traitement et se remettent complètement de leur dépression.

Un antidépresseur à action rapide qui perturbe l'interaction entre le "SERT" et le "nNOS"

La kétamine commence à être bien documentée comme une alternative rapide et efficace, cependant des risques de dépendance ont été suggérés tout comme une augmentation du risque de schizophrénie ont suscité des inquiétudes.

 

Le besoin de nouveaux antidépresseurs est donc considérable : il existe à la fois un besoin de nouvelles cibles et de nouveaux composés antidépresseurs à action rapide, adaptés à ces cibles.  

 

Une nouvelle « solution » est proposée par cette équipe de pharmacologues chinois de la Nanjing Medical University : un antidépresseur à action rapide qui agit en perturbant l'interaction entre le SERT et l'oxyde nitrique synthase neuronal (nNOS). L’étude confirme ici chez la souris que :

 

  • la dissociation du SERT du nNOS dans le cerveau réduit la sérotonine intercellulaire dans le noyau du raphé dorsal. Or dans la dépression, l’activité des neurones sérotoninergiques est accrue dans cette zone et accroît considérablement la libération de sérotonine dans le cortex préfrontal médian.

 

Ainsi, ce nouvel antidépresseur qui vise une nouvelle cible et fonctionne selon un tout nouveau mécanisme, rapide, induit un effet antidépresseur rapide. Chez ce modèle souris de dépression.

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème