Vous recherchez une actualité
Actualités

COVID-19 : Quelle incidence des myocardites post-vaccinales ?

Actualité publiée il y a 5 jours 17 heures 6 min
JAMA Internal Medicine
Quelle incidence réelle de la myocardite aiguë après la vaccination anti-COVID-19 avec un vaccin à ARNm ?  (Visuel Fotolia)

Quelle incidence réelle de la myocardite aiguë après la vaccination anti-COVID-19 avec un vaccin à ARNm ? Cette analyse des données de près de 2,4 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin COVID à ARNm, publiée dans le JAMA Internal Medicine, confirme que la myocardite aiguë reste rare, avec une incidence estimée à 5,8 cas pour 1 million d'individus après la deuxième dose (soit 1 cas pour 172.414 personnes complètement vaccinées).

 

Les chercheurs du Kaiser Permanente (Los Angeles Medical Center) rappellent que la vaccination est un élément essentiel de la stratégie de santé publique pour mettre fin à la pandémie de COVID-19. Cependant, récemment, des cas de myocardite aiguë ont été signalés suite à l'administration du COVID-19. L’équipe a donc cherché à préciser l'incidence de la myocardite aiguë et les résultats cliniques chez adultes après vaccination par ARNm, ici aux États-Unis.

L’étude : les participants, âgés de 18 ans ou plus avaient reçu au moins 1 dose du vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna) entre décembre 2020 et juillet 2021. Les cas de myocardites post-vaccinales ont été identifiées à partir des enregistrements de vaccination, des registres des hospitalisations et pour les hospitalisations intervenues dans les 10 jours suivant l'administration du vaccin et comprenant un diagnostic de myocardite. Tous ces cas ont été analysés indépendamment par au moins 2 cardiologues. Le taux d'incidence de la myocardite post-vaccinale a été comparé à l'incidence de la myocardite chez les personnes non exposées à la vaccination sur la même période (décembre 2020 -juillet 2021) ainsi que chez les participants vaccinés, sur une période similaire de 10 jours, mais 1 an avant la vaccination.

 

  • Chez les personnes vaccinées : sur 2,4 millions de participants, âgés en moyenne de 49 ans, à 54% des femmes, ayant reçu au moins 1 dose de vaccin COVID à ARNm (50% ayant reçu le vaccin de Pfizer et 50% le vaccin de Moderna) et 93,5 % ayant reçu leurs 2 doses de vaccin,

15 cas de myocardite ont été confirmés, dont 2 après la première dose et 13 après la seconde, soit une incidence observée de 0,8 cas pour 1 million de premières doses et de 5,8 cas pour 1 million de secondes doses sur une période d’observation de 10 jours.

 

  • Chez les personnes non vaccinées : sur 1,6 million de personnes, âgées en moyenne de 39 ans, à 49 % des femmes,

75 cas de myocardite ont été recensés, soit une incidence de 0,38 pour la première dose et de 2,7 pour la deuxième dose.

 

  • Les analyses de sensibilité utilisant des individus vaccinés comme leurs propres témoins aboutissent à des résultats similaires.

 

Les patients atteints de myocardite après la vaccination étaient exempts de maladie cardiaque avant la vaccination. 14 ont signalé des douleurs thoraciques entre 1 et 5 jours après la vaccination. Aucun de ces patients n'a nécessité une admission ou une réadmission en unité de soins intensifs (USI) après sa sortie.

 

La myocardite aiguë post-vaccinale reste donc un effet secondaire rare de la vaccination anti-COVID par vaccin à ARNm. Les chercheurs se disent plus préoccupés par les signes d'une myocardite accrue chez de jeunes hommes vaccinés -comme des douleurs thoraciques par ex.- et appellent alors à une évaluation clinique immédiate plus approfondie.

Autres actualités sur le même thème