Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

COVID Long : Un risque élevé de douleurs thoraciques à 6 mois

Actualité publiée il y a 1 année 4 mois 1 semaine
ACC
L'infection COVID-19 entraîne une augmentation des taux de douleurs thoraciques 6 mois à 1 an après l'infection chez les patients (Visuel Adobe Stock 419222533)

L'infection COVID-19 entraîne une augmentation des taux de douleurs thoraciques 6 mois à 1 an après l'infection chez les patients. Ces douleurs thoraciques viennent donc s’ajouter aux symptômes relativement courants des formes longues de l’infection, révèle cette étude de l’Intermountain Health (Utah), présentée lors de la 72è Réunion scientifique de l’American College of Cardiology.

 

On sait aujourd’hui que ces formes longues touchent près d’1 patient ayant développé un COVID sur 2 ; Que même les patients atteints d'infections légères au COVID-19 peuvent souffrir de complications pendant des mois, voire des années, après l'infection. Le COVID long est aujourd’hui considéré comme une condition à part entière, définie par la présence de signes cliniques et de symptômes pendant 4 semaines ou plus après la phase initiale de l'infection.

 

Il est donc essentiel de quantifier le fardeau du COVID long, à la fois pour les patients et nos systèmes de santé, précisent ici les chercheurs de Salt Lake City.

Un taux élevé de douleurs thoraciques avec le COVID long

L’étude de près de 150.000 patients présentant des symptômes cardiovasculaires révèle que les patients testés COVID positifs ont des taux plus élevés de douleurs thoraciques dans les 6 mois à 1 an après l'infection.

 

« De nombreux patients atteints de COVID-19 présentent des symptômes bien au-delà de la phase aiguë de l'infection », rappelle l’un des auteurs principaux, Heidi T. May, épidémiologiste cardiovasculaire à Intermountain Health. « Bien que nous n'ayons pas observé de taux significatifs d'événements majeurs tels que les crises cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux chez les patients ayant eu une infection initiale légère, nous constatons ici que les douleurs thoraciques constituent un symptôme persistant, qui pourrait être interprété comme le signe de futures complications cardiovasculaires ».

 

Les douleurs thoraciques, prédictives de complications cardiovasculaires ?

L’étude rétrospective, a comparé 3 groupes de patients :

 

  1. 148.158 participants testés COVID positifs et traitée en ambulatoire en 2020-2021 ;
  2. 148.158 patients de l’Intermountain COVID négatifs ;
  3. 148 158 patients vus en 2018-2019, en tant que contrôles historiques, pour tenir compte des différences d’accès aux soins avant et pendant la pandémie.

L’analyse confirme que :

 

  • les patients testés positifs pour le COVID-19 présentent des taux significativement plus élevés de douleurs thoraciques ;
  • à ce jour, aucune autre augmentation des événements cardiovasculaires n’est en revanche relevée.

 

« Pour le moment, ces symptômes thoraciques ne se traduisent pas nécessairement par des événements cardiovasculaires, mais nous devrons réévaluer ce point avec du recul. Il se pourrait que les effets durables de l'infection sur le système cardiovasculaire ne se concrétisent qu'après un suivi plus long ».


Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités