Actualités

DÉCLIN COGNITIF : La substance blanche fait la différence

Actualité publiée il y a 1 semaine 5 jours 20 heures
Aging-US
La substance blanche est confirmée comme un nouveau marqueur du vieillissement cérébral (Visuel Adobe Stock 244005771).

En détectant la charge d'hyperintensité de la substance blanche, il est possible de détecter un vieillissement prématuré du cerveau, prédictif d’un déclin cognitif accéléré, souligne cette équipe de techniciens d’imagerie et de neurologues de l'Université de South Carolina. Ces travaux confirment ainsi, dans la revue Aging-US, la substance blanche comme un nouveau marqueur du vieillissement cérébral.

 

De précédentes études avaient déjà suggéré cette relation entre l'âge biologique et le degré d’hyperintensité de la matière blanche. L'âge du cerveau est une estimation, par neuroimagerie via l’IRM, de la perte de tissu cérébral liée au vieillissement. Les hyperintensités de la substance blanche (WMH : White matter hyperintensities) sont déjà des marqueurs reconnus de la maladie des petits vaisseaux et peuvent constituer des signes subtils d'atteinte cérébrale.

Une relation forte entre substance blanche et déclin cognitif

L’étude de cohorte, menée à l'Université de South Carolina (Columbia) et à l’Emory University (Atlanta) vérifie ici cette hypothèse d’association entre la WMH et le vieillissement prématuré du cerveau. L'âge du cerveau de 166 participants âgés en bonne santé a été calculé avec l'aide d’un outil d'apprentissage automatique et des données d’imagerie du cerveau. Une différence positive entre l'âge cérébral estimé et l'âge chronologique a été considérée comme un signe et une mesure du vieillissement prématuré du cerveau. L’analyse révèle :

 

  • une forte corrélation entre l’évaluation de WMH et l'âge chronologique : en toute logique, les participants plus âgés ont une charge WMH accrue ;
  • une relation statistiquement significative entre le vieillissement prématuré du cerveau et la charge de WMH ;
  • chaque année supplémentaire d'âge cérébral au-delà de l'âge chronologique correspond à une augmentation (1,1 mm3 supplémentaire) de charge WMH : âge biologique et WMH sont donc 2 variables associées de manière dose-dépendante.

 

Les scientifiques interprètent ces résultats en suggérant que la charge WMH n’est pas seulement un marqueur, mais également un facteur indépendant de vieillissement prématuré du cerveau. Leur découverte semble en effet indiquer l'impact de la « maladie » de la substance blanche sur l'intégrité globale du cerveau.

Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème