Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

DÉPRESSION : La pharmacogénétique pour traiter ses formes résistantes ?

Actualité publiée il y a 1 année 9 mois 3 semaines
Translational Psychiatry
Quelques études ont déjà regardé les avantages possibles de la pharmacogénétique afin de mieux personnaliser les traitements, notamment de la dépression, mais avec des résultats mitigés (Visuel Adobe Stock 208441679)

Quelques études ont déjà regardé les avantages possibles de la pharmacogénétique afin de mieux personnaliser les traitements, notamment de la dépression, mais avec des résultats mitigés. Cette nouvelle étude, menée par l’équipe de psychiatres et de neurologues du Centre for Addiction and Mental Health (CAMH, Toronto) suggère que les tests pharmacogénétiques pourraient apporter une amélioration chez les patients souffrant de dépression résistante aux traitements. Les concliusions de l’étude, publiées dans la revue Translational Psychiatry sont ainsi favorables au recours généralisé à ces tests pharmacogénétiques pour la prescription des antidépresseurs.

 

On sait en effet que 30 % des patients atteints de dépression majeure ne répondent pas ou très tardivement à leur traitement antidépresseur. La recherche suggère que le recours aux tests pharmacogénétiques sont associés à une augmentation de près du double (89 %) des taux de rémission par rapport au traitement standard.

La rémission, un sacré Graal quand il s’agit de dépression

La pharmacogénétique est basée sur le préalable que chaque patient va métaboliser ou répondre aux médicaments d’une manière spécifique et en fonction, entre autres facteurs, de son profil génétique individuel. En d’autres termes, des patients recevant la même dose d'un médicament antidépresseur peuvent en avoir des niveaux circulants très différents dans leur corps, développer ou pas des effets secondaires et répondre ou pas au traitement. Des tests génétiques personnalisés via un frottis buccal peuvent contribuer à mieux sélectionner les médicaments et les dosages appropriés pour chaque patient avec le moins d'effets secondaires.

 

L'étude, à double insu sur un suivi de 52 semaines, a comparé le traitement guidé par tests pharmacogénétiques au traitement habituel, chez 276 patients déjà diagnostiqués avec une dépression résistante au traitement, ce qui signifie que leur état ne s'était pas amélioré après au moins 2 médicaments antidépresseurs.

Alors que la rémission, ou l’élimination complète des symptômes, est l'un des critères d'évaluation les plus difficiles à atteindre lors du traitement d'un trouble dépressif majeur, l’étude apporte des preuves de la valeur clinique des tests pharmacogénétiques multigéniques combinés et de

la contribution indiscutable de la pharmacogénétique à l’atteinte de cet objectif de rémission.

Selon ces auteurs, il s’agirait donc d’envisager la généralisation des tests pharmacogénétiques pour la dépression, dans les établissements de soins de santé.

 

« Le recours à la pharmacogénétique pour la dépression résistante au traitement, va nous permettre d’être bien plus précis sur le choix du traitement », commente le Dr Kennedy, auteur principal de l’étude.

 

Bien que les résultats de cette étude canadienne restent à considérer comme préliminaires en raison de la taille de l'échantillon, ils reflètent les résultats d'un essai clinique pharmacogénétique américain beaucoup plus important qui révélaient une augmentation de 51 % des taux de rémission de la dépression majeure par rapport au traitement habituel.

 

« Les tests pharmacogénétiques ne sont actuellement pas couverts par les assurances maladie. Cependant leur utilisation permettrait des économies considérables en soins de santé. Ces résultats devraient donc être pris en compte par les décideurs en matière de politique de santé".

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités