Actualités

DÉPRESSION : La stimulation profonde fait ses preuves

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 6 jours
Molecular Psychiatry
La stimulation cérébrale profonde de la zone cérébrale liée à la récompense et à la motivation est une thérapie prometteuse pour la dépression résistante au traitement (Visuel NIH).

Alors que chez de nombreux patients, la dépression reste réfractaire au traitement, de nombreuses équipes travaillent à d’autres options, non médicamenteuses, dont différentes formes de stimulation cérébrale. Cette équipe de neurochirurgiens de l'Université du Texas (UTHealth, Houston) démontre ici dans la revue Molecular Psychiatry, que la stimulation cérébrale profonde de la zone cérébrale liée à la récompense et à la motivation est une thérapie prometteuse pour la dépression résistante au traitement.

 

Plus généralement, la stimulation cérébrale profonde (DBS) consiste à implanter des électrodes dans certaines zones du cerveau, où elles génèrent des impulsions électriques et affectent, de manière ciblée, l'activité cérébrale.

 

Précisément l’équipe américaine pratique la DBS de la branche supérolatérale du faisceau médian du cerveau antérieur (MFB), une zone liée à la récompense et à la motivation. Les chercheurs observent des changements métaboliques cérébraux durables, sur 12 mois, après l'implantation et la pratique de la DBS. Ces nouvelles données laissent espérer une efficacité de cette forme de stimulation profonde chez au moins 80 % des patients.

 

L'étude : certes, il s’agit d’une petite étude pilote, menée auprès de 10 patients atteints de dépression majeure, mais elle apporte les premières preuves de concept -et de succès- de cette forme de thérapie, alors que de nombreuses équipes « essaient depuis longtemps de démontrer leur efficacité, jusque-là sans résultat », précise l’auteur principal, le Dr Christopher Conner, ancien neurochirurgien résident du Département de neurochirurgie de la McGovern Medical School à UTHealth Houston et aujourd’hui professeur à l’Université de Toronto :

« nous modifions le fonctionnement du cerveau à long terme et commençons à changer la façon dont le cerveau s'organise pour traiter les données ».

Pendant des années en effet, la stimulation cérébrale profonde a été utilisée pour traiter les patients souffrant de troubles du mouvement tels que la maladie de Parkinson, les tremblements et la dystonie, et étudié comme traitement possible pour les patients souffrant de dépression résistante au traitement. Cependant, cibler « la bonne zone » du cerveau pour traiter la dépression à long terme a été jusque-là difficile.

 

Cibler un faisceau de fibres qui quittent une petite zone du tronc cérébral pour se rendre dans d'autres zones du cerveau est apparu, selon des données de scanner (PET scan) comme une cible prometteuse en raison d’effets en aval très diffus.

« Il n'y a pas une seule zone du cerveau liée à la dépression ».

Et cette petite cible permettait « d’arroser » toutes les zones concernées.

  • Les PET scans effectués à 6 et 12 mois pour évaluer les changements après le traitement montrent ainsi une réponse chez 8 des 10 patients ;
  • les patients répondeurs au traitement voient leurs symptômes dépressifs réduits d’au moins 50 % ;
  • ces participants déclarent « se sentir beaucoup mieux ».
Plus sur le Blog Neuro

Autres actualités sur le même thème