Actualités

DIABÈTE : Comment le fructose détruit les îlots

Actualité publiée il y a 4 mois 1 semaine 5 jours
Cell Metabolism
Comment les régimes occidentaux, riches en fructose et en graisse, en augmentant le métabolisme du fructose dans l'intestin grêle, entraînent le développement d’un diabète de type 2 (Visuel Adobe Stock 246020888)

Ces scientifiques du Terasaki Institute for Biomedical Innovation (Los Angeles) décryptent et nous expliquent comment les régimes occidentaux, riches en fructose et en graisses, finissent par déclencher le développement d’un diabète de type 2 : En augmentant le métabolisme du fructose dans l'intestin grêle, ils entraînent la libération d'un métabolite spécifique du fructose qui endommage les cellules bêta pancréatiques productrices d'insuline. L’étude expérimentale, publiée dans la revue Cell Metabolism, désigne ainsi ce métabolite du fructose, le glycérate, comme une cible nouvelle et prometteuse pour de futurs traitements des troubles métaboliques.

 

Le diabète de type 2 est caractérisé par des niveaux insuffisants d'insuline, une hormone qui régule le métabolisme du glucose dans les cellules périphériques; ce dysfonctionnement se produit généralement en raison d’une résistance à l'insuline, une condition dans laquelle les tissus périphériques ne répondent pas normalement à l'insuline et absorbent moins de glucose. Pour compenser cela, le pancréas se surmène pour sécréter de l'insuline supplémentaire, avec au fil du temps une perte d’efficacité. S’en suit une accumulation malsaine de glucose dans le sang.

Un métabolite du fructose, le glycérate « médie » la perte de cellules des îlots pancréatiques

L’étude révèle qu’un métabolite du fructose, le glycérate « médie » la perte de cellules des îlots pancréatiques induite par un régime de type occidental qui lui-même accroît le métabolisme du fructose dans l'intestin : une nouvelle compréhension qui éclaire la hausse d’incidence élevée du diabète de type 2 chez les jeunes, alors que la prévalence de la maladie est historiquement plutôt élevée chez les plus âgés. Alors que ces 20 dernières années, la prévalence globale du diabète a doublé, induisant une augmentation des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux, les régimes alimentaires trop riches viennent ainsi expliquer sa hausse sans précédent chez les jeunes.

De précédentes recherches menées sur l'influence des régimes riches en fructose et en graisses sur le développement du diabète, ont montré que le fructose produit des effets délétères sur le foie. Cependant, d’autres ont suggéré que ces effets peuvent être au moins partiellement évités par le métabolisme du fructose dans l'intestin. Ces observations ont incité l’équipe à explorer le rôle précis du métabolisme du fructose dans l'intestin grêle.

 

  • Des expériences menées sur des souris nourries avec un régime riche en graisses et en sucre confirment cette augmentation du métabolisme du fructose dans l'intestin grêle ;
  • des quantités plus élevées de ce métabolite du fructose, le glycérate, produites dans l'intestin grêle puis libérées dans la circulation sanguine ;
  • prises ensemble ces observations démontrent le rôle clé du métabolisme du fructose et des niveaux de glycérate circulant dans le processus de développement du diabète.
  • lorsque les chercheurs analysent des données de patients atteints d'une maladie rare appelée acidurie D-glycérique, ils retrouvent ces taux anormalement élevés de glycérate circulant ;
  • des souris ayant reçu une injection de glycérate présentent une diminution de l'insuline circulante plutôt qu’une résistance à l'insuline. Ces souris présentent également un nombre réduit de cellules bêta productrices d'insuline et des îlots pancréatiques décimés- ce qui entraîne et explique la réduction des niveaux d'insuline.

 

En synthèse, l’exposition prolongée à des niveaux élevés de glycérate, exposition causée par un régime alimentaire trop riche en fructose et en graisses explique les dommages aux cellules des îlots pancréatiques et le développement du diabète. Si la principale implication de l’étude reste d’opter pour

une alimentation moins riche, équilibrée et variée, en limitant les sucres et les graisses saturées,

l’identification de ce métabolite du fructose inspire déjà des traitements plus ciblés pour les inconditionnels du régime occidental…

Autres actualités sur le même thème