Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE et MCV : Un hypoglycémiant en prévention du risque cardiaque ?

Actualité publiée il y a 2 semaines 4 jours 5 heures
ESC Congress 2019 et Cell Metabolism
Les personnes atteintes de diabète ont souvent une réparation déficiente des vaisseaux sanguins donc une plus grande vulnérabilité aux troubles cardiovasculaires.

Les inhibiteurs du SGLT2, de nouveaux hypoglycémiants oraux commercialisés depuis 2015 en Europe -et plus récemment en France - pourraient également apporter une protection cardiovasculaire aux patients diabétiques, conclut cette étude du St. Michael's Hospital (Toronto, Canada). Ces données, présentées lors du Congrès de l’European Society of Cardiology et publiées dans la revue Cell Metabolism pourraient constituer la base de nouvelles thérapies pour les patients souffrant de maladie cardiaque compliquée de diabète.

 

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 1,6 million de décès sont causés, chaque année, par le diabète. Le diabète est par ailleurs une cause majeure de cécité, d'insuffisance rénale, de crises cardiaques, d'accidents vasculaires cérébraux (AVC) et d'amputation des membres inférieurs. Les maladies cardiaques sont une préoccupation majeure pour les personnes atteintes de diabète car elles ont souvent une réparation déficiente des vaisseaux sanguins, et donc une plus grande vulnérabilité aux troubles cardiovasculaires.

Le médicament contribue à restaurer les cellules progénitrices et à réduire l’inflammation

Il s‘agit ici des résultats de l'essai EMPA-HEART CardioLink-6, mené sur l'effet d'un médicament contre le diabète - l'empagliflozine - sur la réparation cellulaire les vaisseaux sanguins et le risque de maladie cardiaque. L'empagliflozine est un inhibiteur du SGLT2, qui contribue à abaisser le taux de sucre dans le sang. A partir d’échantillons de sang des participants, l’équipe montre que, dans le diabète, les cellules progénitrices régénératives sont réduites. Chez les patients sous empagliflozine, toutefois, ces cellules progénitrices sont restaurées : « Nous constatons que chez les participants atteints de diabète, non seulement une augmentation des cellules progénitrices bénéfiques mais également les signes d’une réduction de l'inflammation et du stress oxydatif, qui contribuent au développement de la maladie cardiovasculaire », expliquent les chercheurs.

 

Le rôle bénéfique du médicament sur les cellules progénitrices : la recherche suggère ainsi que les cellules progénitrices en circulation qui se trouvent dans la moelle osseuse et jouent un rôle dans la santé cardiaque, ainsi que les cellules inflammatoires, sont régulées par ce médicament antidiabétique. Pour les patients atteints de diabète et à risque de maladie cardiaque, ces médicaments pourraient fournir une protection cardiaque en soulageant les cellules endommagées qui, sans traitement, vont induire le développement de la maladie cardiaque via une mauvaise réparation des vaisseaux.

 

Cet essai clinique à grande échelle montre ainsi que les inhibiteurs du SGLT2 peuvent protéger les patients atteints de diabète du risque de maladie cardiaque. Pour les patients diabétiques, il s'agit d'un pas en avant important dans la réduction de leur risque cardiaque associé.

Autres actualités sur le même thème