Vous recherchez une actualité
Actualités

ENVIRONNEMENT : Les vers ingèrent les déchets plastiques et après ?

Actualité publiée il y a 2 semaines 3 jours 14 heures
Environmental Science & Technology
Les vers de terre aiment manger certains plastiques, mais les effets secondaires de leur digestion ne sont pas clairs (Visuel adobe Stock 296459584)

Les vers de terre aiment manger certains plastiques, mais les effets secondaires de leur digestion ne sont pas clairs. Ces chimistes et biologistes du College of Environmental Science and Engineering, de la Nankai University (Chine) révèlent que  les vers de terre préfèrent les sols contenant certains types de microplastiques et digèrent les différents polymères différemment, ce qui pourrait avoir un impact à la fois sur la santé des animaux et l'écosystème, avec des implications sur l’utilisation des différents matériaux.

 

Les vers de terre sont plutôt bienvenus car ils recyclent un certain nombre de composés dont des microplastiques pour en faire des nutriments accessibles aux plantes. En effet, lorsque les vers creusent le sol, ils consomment presque tout sur leur passage, y compris la pollution plastique microscopique. Or le sol est de plus en plus contaminé par ces fragments de plastique de moins de 5 mm de large qui se sont détachés de déchets plastiques plus gros ou ont été directement libérés des produits sous forme de petites particules.

Une décomposition « naturelle » des déchets microplastiques ?

De précédentes études ont montré que les vers de terre ingèrent ces particules synthétiques, les brisant en plus petits morceaux. Cependant, pendant le processus de digestion, les vers peuvent être blessés par les microplastiques eux-mêmes ou par les substances toxiques qu'ils contiennent. Les scientifiques chinois se sont penchés sur l’impact possible de ces déchets sur la capacité des vers à terme, à les éliminer. Si les entreprises productrices de « plastiques » travaillent à des matériaux de substitution soit dérivés de plantes, sont biodégradables ou les deux, aujourd’hui la question est de savoir si les vers peuvent ingérer et décomposer les matériaux actuels « traditionnels » et pourront également ingérer et décomposer les nouveaux biomatériaux. Les scientifiques ont donc regardé comment les vers consommaient de la terre mélangée à des morceaux microscopiques des différents types de plastique.  

 

L'étude : Les vers ont été placés dans des chambres contenant différents types de plastiques à certains endroits du sol. L’expérience montre que :

 

  • les vers préfèrent les particules à base de certains composants (acide polylactique (PLA), polyéthylène téréphtalate (PET)), évitent activement certains semi-plastiques synthétiques ;
  • lorsque l'acide lactique et l'acide téréphtalique qui composent respectivement le PLA et le PET sont introduits dans le sol, les vers sont attirés ;
  • l'analyse des excrétions montre que leur système digestif décompose le PLA en fragments beaucoup plus petits que les plastiques PET.

 

Ainsi, ces travaux apportent de premières pistes sur les plastiques les plus facilement dégradables.

 

Au-delà de ces premiers résultats, c’est plutôt la démarche qui retient l’attention, suggérant de mener systématiquement ce type de tests lors du développement et avant la production à grande échelle de nouveaux matériaux, afin d’évaluer leur capacité à être dégradés naturellement dans l’environnement.

Autres actualités sur le même thème