Vous recherchez une actualité
Actualités

EXERCICE : HIIT et haute intensité, mêmes bénéfices !

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 5 heures
American Journal of Physiology
Le HIIT (High-intensity interval exercise) est de plus en plus documenté comme une forme d’exercice bénéfique et adaptée à nos modes de vie modernes.

Le HIIT (High-intensity interval exercise) est de plus en plus documenté comme une forme d’exercice bénéfique et adaptée à nos modes de vie modernes. Pour ceux qui ont peu de temps, quelques minutes de HIIT comme quelques minutes de sprint peuvent être aussi efficaces que des séances d'exercice beaucoup plus longues pour stimuler certaines fonctions, dont la fonction mitochondriale essentielle pour notre santé (et notre jeunesse) cellulaire. C’est le thème de cette petite étude publiée dans l'American Journal of Physiology.

 

Les mitochondries, ces petites centrales énergétiques des cellules, sont indispensables à une bonne santé. De précédentes recherches ont montré que l'exercice crée de nouvelles mitochondries et améliore la fonction des mitochondries existantes. Cette modification de la fonction mitochondriale en réponse à une seule séance d'exercice génère des signaux susceptibles d'induire des changements bénéfiques dans les cellules et de réduire le risque de maladie chronique. L'exercice par intervalles à haute intensité (HIIT) consiste en de courtes périodes d'exercices aérobiques de haute intensité, qui vont augmenter le rythme cardiaque, en alternance avec de brèves périodes de récupération. Jusqu’à cette étude, on ignorait si l'intensité d'une séance d'entraînement intense peut affecter, de manière positive, la réponse mitochondriale.

 

Cette petite étude a suivi 8 jeunes adultes volontaires lors d’entraînements à vélo, d’intensité variable :

  • intensité modérée : 30 minutes d'exercice continu à un effort maximal de 50%,
  • HIIT : 5 séances de 4 minutes à un effort maximal de 75%, chacune étant séparée par une minute de repos,
  • sprint : 4 séances de 30 secondes à un effort maximum, chacune séparée par 4,5 minutes de récupération.

L'équipe de recherche a mesuré la quantité d'énergie dépensée par les participants à chaque séance d'entraînement et comparé les changements mitochondriaux dans les muscles de la cuisse avant et après chaque séance.

 

Un taux d’oxygène réactif bénéfique aux cellules : les chercheurs ont constaté que les niveaux de peroxyde d'hydrogène - un type de molécule impliqué dans la signalisation cellulaire appelée "espèces réactives de l'oxygène" contenant de l'oxygène et de l'hydrogène-sont modifiés, dans différentes parties des mitochondries, après l'exercice. Si une quantité d'oxygène réactif trop élevée peut être nocive pour les cellules, ici les chercheurs constatent que les taux mesurés correspondent à la quantité appropriée pour favoriser des réponses cellulaires bénéfiques pour la fonction métabolique.

 

Quelques minutes d’exercices intenses entrainent des réponses mitochondriales similaires à une activité d’intensité modérée plus longue. « Seulement deux minutes de sprint sont suffisantes pour induire des réponses similaires à 30 minutes d'exercice aérobique d'intensité modérée », écrivent les chercheurs.

Des données qui suggèrent que l'exercice peut être adapté aux préférences et aux contraintes individuelles avec le même bénéfice de ces adaptations métaboliques.

 

Des implications importantes pour adapter la pratique de l'exercice à nos modes de vie.

Autres actualités sur le même thème

Pages