Vous recherchez une actualité
Actualités

EXERCICE : Il retarde aussi le déclin cognitif dans l'Alzheimer

Actualité publiée il y a 11 mois 3 semaines 4 jours
Alzheimer's & Dementia
Une activité physique d’au moins 2,5 heures par semaine pourrait avoir des effets bénéfiques sur les marqueurs de la maladie et retarder le déclin cognitif

Les études se succèdent pour révéler les bénéfices de la pratique de l’exercice sur le cerveau ou contre le déclin cognitif lié à l’âge. C’est également chose faite avec cette étude allemande présentée dans la revue Alzheimer's & Dementia de l’Alzheimer's Association : chez les personnes porteuses d’une mutation génétique à l’origine de la maladie d’Alzheimer, une activité physique d’au moins 2,5 heures par semaine pourrait avoir des effets bénéfiques sur les marqueurs de la maladie et retarder le déclin cognitif.  Mais cela pourrait également être vrai pour les personnes ayant des formes plus courantes de la maladie d'Alzheimer.

 

Il existe en effet un ensemble croissant de preuves scientifiques de l'impact bénéfique des facteurs liés au mode de vie sur la réduction du risque de déclin cognitif et de démence. Ainsi les résultats préliminaires de l’essai Sprint Mind, révèlent qu'un traitement intensif de la tension artérielle réduit le développement de troubles cognitifs légers et le risque de déficience cognitive lié à la démence. Si ici, la démonstration est à nouveau opérée pour une forme génétique autosomique dominante et précoce de la maladie, représentative de moins de 1 % des cas d’Alzheimer, les résultats confirment l'intérêt de l'activité physique sur la progression de la cognition et de la démence : les auteurs expliquent en effet, dans un communiqué, que leurs résultats « montrent une relation significative entre l’activité physique, la cognition, l’état fonctionnel et la pathologie Alzheimer, même chez les personnes ayant cette forme génétique de la maladie. Dans l’étude, 70% de tous ces patients ont pu atteindre ce niveau d’activité physique, ce facteur bénéfique de mode de vie est donc réalisable et peut jouer un rôle important contre la progression de la maladie.

 

Des résultats encourageants, et pas seulement pour les personnes atteintes de cette forme rare, explique la Directrice de l'Association Alzheimer, le Dr Maria C. Carrillo. « Si d'autres recherches confirment cette relation entre l'activité physique et l'apparition tardive des symptômes de démence chez ce groupe de patients, nous devrons tenter d’élargir nos conclusions aux millions de personnes atteintes d'Alzheimer d'apparition plus tardive ».

Les chercheurs de l’Université de Tübingen (Allemagne) ont analysé les données de 275 patients porteurs de la mutation génétique en question, âgés en moyenne de 38,4 ans et ont regardé l’impact d’au moins 150 minutes d'activité physique (marche, course, natation, aérobic, etc.) par semaine -soit la recommandation de pratique actuelle de l'Organisation mondiale de la santé- sur les résultats cognitifs des participants.

  • 156 participants ont été considérés comme à activité physique élevée (> 150 minutes d'activité physique / semaine),
  • 68 à faible activité physique (<150 minutes d'activité physique / semaine),
  • le type et la fréquence de l’exercice ont été pris en compte, mais pas l'intensité de l'exercice.
  • L’analyse confirme que davantage d'activité physique permet de meilleurs résultats à l'examen du mini-état mental (MMSE) et à différentes mesures standards de la cognition et de la fonction ;
  • des niveaux plus faibles d’exercice sont liés à des niveaux plus élevés de biomarqueurs (dont Tau) de la maladie d'Alzheimer dans le liquide céphalo-rachidien.

 

Un mode de vie physiquement actif est un facteur réalisable qui peut retarder le développement et de la progression du déclin cognitif, concluent les chercheurs.

Ainsi, les patients à risque génétique de démence devraient opter pour un mode de vie actif.

Autres actualités sur le même thème