Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

EXERCICE PROFESSIONNEL : Le burn out définitivement associé à l’erreur médicale

Actualité publiée il y a 1 année 9 mois 3 jours
BMJ
En cette ère de poursuite de pandémie, qui suit une période de forte tension hospitalière, des interventions urgentes sont nécessaires pour renforcer le bien-être des médecins, la sécurité des patients et l’efficience des systèmes de santé (Visuel Adobe Stock 175888298)

En cette ère de poursuite de pandémie, qui suit une période de forte tension hospitalière, des interventions urgentes sont nécessaires pour renforcer le bien-être des médecins, la sécurité des patients et l’efficience des systèmes de santé, conclut cette nouvelle revue de la littérature. Un nouveau signal d’alarme sur l'épuisement professionnel des médecins et professionnels cliniciens, car ce burn out est associé à un risque multiplié par 2 d’incidents impliquant la sécurité des patients. Ces nouvelles données, publiées dans le British Medical Journal (BMJ) confirme également que les niveaux d'épuisement professionnel sont les plus élevés chez les médecins hospitaliers travaillant en médecine d'urgence et en soins intensifs.

 

On retiendra ces multiplicateurs : les cliniciens souffrant d'épuisement professionnel sont 4 fois plus susceptibles d’être insatisfaits de leur travail et 2 fois plus susceptibles d'être impliqués dans des incidents mettant en jeu la sécurité des patients. Cette revue de la littérature dénonce à nouveau l'ampleur de l'épuisement professionnel chez les cliniciens et l'impact sérieux qu'il peut avoir sur la sécurité des patients. Avec un facteur mis en exergue : la rotation des personnels qui contribue à la tension des équipes de soins.

Une méta-analyse portant sur 250.000 médecins dans le monde

Une littérature riche de preuves : de nombreuses études ont mis en évidence la prévalence élevée de l'épuisement professionnel chez les professionnels de santé, à la ville comme à l’hôpital, avec des conséquences pour les personnels eux-mêmes, dont l’insatisfaction, la détresse émotionnelle, le cynisme parfois et un sentiment d'accomplissement personnel réduit. Cette ampleur du burn out chez les médecins a été qualifié par de nombreux experts de « niveau de crise ». Les auteurs précisent ainsi qu’au Royaume-Uni, un tiers des médecins souffrent d'épuisement professionnel à un degré élevé ou très élevé, aux États-Unis, 4 médecins sur 10 signalent au moins un symptôme d'épuisement professionnel. Un autre examen récent de 43 études, portant plus précisément sur les pays à revenu faible et intermédiaire, révèle que la prévalence de l'épuisement professionnel varie selon les pays et les systèmes de santé, de 2,5 % à 87,9 %.

 

Un manque de preuves cependant sur l'association entre épuisement professionnel et degré d'engagement d'un médecin dans son travail (engagement professionnel) et l’impact global de cet engagement sur la qualité des soins : pour préciser la relation, l’équipe britannique a analysé les résultats de 170 études observationnelles sur le sujet impliquant au total 239.246 médecins. L’analyse révèle que

 

  • les médecins souffrant d'épuisement professionnel sont jusqu’à 4 fois plus susceptibles d'être insatisfaits de leur travail et plus de 3 fois plus susceptibles d'avoir des pensées ou des intentions de quitter leur emploi (rotation des personnels) voire de regretter leur choix de carrière ;
  • ces mêmes médecins souffrant d'épuisement professionnel sont 2 fois plus susceptibles d'être impliqués dans des incidents liés à la sécurité des patients et de faire preuve à l’occasion, d'un manque de professionnalisme ;
  • ils sont également plus de 2 fois plus susceptibles d’être l’objet de faibles taux de satisfaction de la part de leurs patients ;
  • l'épuisement professionnel des cliniciens et leur plus faible satisfaction au travail sont deux phénomènes critiques plus particulièrement à l’hôpital, ainsi que chez les médecins plutôt jeunes, âgés de 31 à 50 ans et ceux travaillant en médecine d'urgence et en soins intensifs ; en effet, l'épuisement professionnel est un peu plus faible chez les médecins généralistes ;
  • l'association entre l'épuisement professionnel et les incidents liés à la sécurité des patients est plus marquée élevée chez les médecins âgés de 20 à 30 ans et chez les professionnels de médecine d'urgence.

 

Si les modes de recueil des données varient selon les études ainsi que les définitions des concepts d’épuisement, de satisfaction ou d’engagement, cette très large analyse alerte à nouveau, à la fois sur la bonne santé de nos personnels de santé mais au-delà sur cette corrélation critique entre l’épuisement professionnel, le désengagement professionnel et la qualité des soins apportés aux patients.

 

Inutile de rappeler que des interventions urgentes sont nécessaires, en milieu hospitalier notamment, pour fidéliser les équipes de santé et leur redonner bien-être au travail et motivation. « Les organisations de soins de santé devraient investir plus de temps et d'efforts dans la mise en œuvre de stratégies fondées sur des preuves pour atténuer l'épuisement professionnel des médecins dans toutes les spécialités, et en particulier en médecine d'urgence ».

Plus sur le Blog Médecin
Plus sur le Blog Exercice Pro

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités