Vous recherchez une actualité
Actualités

EXTRACTION DENTAIRE : Pourquoi les opioïdes ne sont pas nécessaires

Actualité publiée il y a 2 mois 1 semaine 1 heure
JAMA Network Open
Les patients qui ont reçu des opioïdes après une extraction dentaire signalent des niveaux de douleur bien pire

Pourquoi les opioïdes ne devraient pas être prescrits après une extraction dentaire ? Pour une raison simple : les patients qui ont reçu des opioïdes après une extraction dentaire signalent des niveaux de douleur "encore pires", conclut cette équipe de l’Université du Michigan (UM), après une évaluation chez plusieurs centaines de patients. La conclusion de cette étude, publiée dans le JAMA Network Open, est simple : l'utilisation d'opioïdes pour soulager la douleur liée à une extraction dentaire, dont l’extraction des dents de sagesse, devrait être considérablement réduite ou supprimée.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

L’étude a suivi 325 patients ayant subi une extraction dentaire avant d’être invités à évaluer leurs niveaux de douleur et leur satisfaction dans les 6 mois ayant suivi l'extraction. 50% des participants ayant subi une extraction chirurgicale et 39% ayant subi une extraction de routine se sont vu prescrire des opioïdes. Les chercheurs ont comparé la douleur et la satisfaction de ceux qui avaient pris des opioïdes à ceux qui n'en avaient pas utilisé.

Les opioïdes ne modifient aucunement le niveau de « satisfaction » des patients

 

  • C’est, selon l’auteur principal, Romesh Nalliah, professeur et doyen à l'École de médecine dentaire de l'UM, la conclusion la plus importante de l’étude : opioïdes ou pas, la satisfaction des patients à l'égard de la gestion de la douleur est la même. « Les opioïdes ne font aucune différence, qu'il s'agisse d'une extraction chirurgicale ou de routine».
  • Encore plus surprenant, les participants du groupe « opioïdes » rapportent « une douleur pire » que les participants n’ayant pas pris d’opioïdes, et cela quel que soit le type d’extraction pratiqué.
  • Dernière constatation, la moitié des opioïdes prescrits restent inutilisés par les patients : cela suggère que les patients se rendent compte de leur inefficacité dans la gestion de la douleur et cela les expose au risque d'une mauvaise utilisation future des opioïdes.

 

Les résultats de l’étude apparaissent en ligne avec ceux de précédents essais contrôlés randomisés montrant que les opioïdes ne sont pas meilleurs que l'acétaminophène et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour la douleur liée à l’extraction dentaire. Plus spécifiquement, ces données soutiennent les recommandations de prescription du Michigan, dont les autorités sanitaires appellent à éviter les opioïdes pour la majorité des patients après les extractions dentaires, y compris l'extraction des dents de sagesse.

 

« Nous pensons que nous pouvons presque éliminer la prescription d'opioïdes de la pratique dentaire.

Bien sûr, il y aura des exceptions, comme les patients qui ne tolèrent pas les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), mais nous pouvons réduire la prescription d'opioïdes à environ 10% de nos prescriptions actuelles ».

Les dentistes représentent environ 6% à 6,5% des prescriptions d'opioïdes (ici aux États-Unis) mais figurent parmi les prescripteurs les plus courants pour les mineurs.

Autres actualités sur le même thème