Vous recherchez une actualité
Actualités

GRIPPE : L’obésité augmente sa sévérité et sa transmissibilité

Actualité publiée il y a 8 mois 2 semaines 6 jours
The Journal of Infectious Diseases
L'obésité peut également avoir un impact sur la transmission de la grippe et pas seulement sur la sévérité de la maladie.

Cette étude suggère que l'obésité peut également avoir un impact sur la transmission de la grippe et pas seulement sur la sévérité de la maladie. Des travaux présentés dans le Journal of Infectious Diseases, qui révèle que l'obésité pourrait jouer un rôle clé dans la propagation de la grippe. Un facteur à prendre en compte, inéluctablement, avec la hausse de l’épidémie d’obésité dans le monde.

 

L'obésité augmente le risque de complications graves de la grippe, dont l'hospitalisation et le décès. Elle pourrait également jouer un rôle dans sa propagation, révèle cette étude qui montre que les adultes obèses infectés par la grippe conservent une charge virale élevée plus longtemps ce qui augmente mécaniquement le risque de propagation de l'infection. « L’étude apporte ainsi les premières preuves de l’impact de l'obésité sur plusieurs caractéristiques de la maladie », résume l’auteur principal, le Dr Aubree Gordon, de l'Université du Michigan.

 

L’impact direct de l’obésité sur la transmission du virus grippal : l’équipe a regardé l'effet de l'obésité sur la durée de l'excrétion virale durant 3 saisons grippales, de 2015 à 2017 chez 1.800 adultes obèses présentant des symptômes de la grippe et un virus grippal A confirmé en laboratoire. L’analyse montre que :

  • les participants obèses restent contagieux 42% plus longtemps que les adultes de poids normal.
  • Parmi les personnes obèses infectées par la grippe qui étaient légèrement malades ou n'avaient aucun symptôme, cette différence est encore plus élevée : les adultes obèses peuvent transmettre le virus de la grippe A sur une durée accrue de 104% vs les adultes de poids normal.

 

La durée de l'excrétion virale a été déterminée par des tests d'échantillons du nez et de la gorge, qui permettaient de détecter la présence d'ARN du virus de la grippe, mais ne permettaient pas de savoir si les virus étaient infectieux. Des recherches supplémentaires, actuellement en cours, aideront à déterminer si le virus de la grippe excrété pendant de longues périodes par des personnes obèses est effectivement aussi infectieux.

 

L'obésité peut modifier la réponse immunitaire du corps et conduire à une inflammation chronique, qui augmente avec l'âge, qui peut rendre la respiration plus difficile et augmenter ainsi le besoin en oxygène. Ces facteurs peuvent expliquer comment l'obésité affecte le risque de transmission et la sévérité de la grippe, notent les auteurs.

 

Il est donc essentiel de développer des stratégies efficaces pour prévenir et contrôler la grippe, en particulier chez les personnes obèses et en surpoids. En mettant de plus en plus l'accent sur le développement d'un vaccin universel contre la grippe, une meilleure protection contre la grippe est à l'horizon, mais la question reste de savoir si ces approches protégeront significativement ce groupe de population cible, mais pourront également réduire également la durée de l'excrétion virale.


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages