Actualités

HÉMOCHROMATOSE : Ses complications hépatiques prédites par l'arthrite

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 17 heures
Mayo Clinic Proceedings
C’est un lien crucial qui vient d’être identié entre l'arthrite, les maladies du foie et une maladie génétique courante, l’hémochromatose (Visuel Adobe Stock 461387432).

C’est un lien crucial qui vient d’être identifié par cette équipe de l’Edith Cowan University (Australie) entre l'arthrite, les maladies du foie et une maladie génétique courante, l’hémochromatose. Un lien documenté dans les Mayo Clinic Proceedings qui suggère que chez les patients atteints d’hématochromatose, l’arthrite est un puissant prédicteur de troubles hépatiques sévères, une complication fréquente de la maladie.

 

L’hématochromatose est une des maladies génétiques les plus fréquentes, avec 1 personne sur 300 porteuse de l'anomalie génétique en cause. En Australie, lieu de l’étude, on estime que 100.000 personnes sont porteuses du génotype de la maladie. La maladie est caractérisée par une accumulation excessive de fer dans le corps et peut entraîner de nombreuses complications, dont la fibrose hépatique avancée qui, à son tour, entraîner une cirrhose et un cancer du foie. L’équipe australienne vient de découvrir que l'arthrite est un puissant prédicteur du développement de ces troubles hépatiques sévères chez les patients atteints d'hémochromatose.

Un lien fort entre l’arthrite et les maladies hépatiques, chez les patients atteints d’hémochromatose

L’étude a suivi 112 patients atteints d'hémochromatose,

 

  • 19 d’entre eux souffraient de fibrose hépatique de stade avancé (stades 3-4),
  • 84 % souffraient également d'arthrite ;
  • sur les 65 participants sans arthrite, seuls 5 % avaient développé une fibrose hépatique avancée.

Certes, ces premiers résultats sont issus d’un échantillon modeste et mériteront d’être reproduits dans de plus larges études mais ils suggèrent déjà un lien fort entre l’arthrite et les maladies hépatiques, chez les patients atteints d’hémochromatose.

 

De nombreuses implications cliniques : l'auteur principal, le professeur John Olynyk précise qu’alors que « la fibrose hépatique peut être traitée, il est important de déterminer avec précision la présence ou l'absence de fibrose hépatique avancée lors de l’évaluation des patients atteints d’hémochromatose. Ainsi, il convient de rechercher parmi les patients qui ont un diagnostic ou des signes d’arthrite, le développement d’une fibrose hépatique avancée. Dans le cas contraire, l’absence d’arthrite est aussi un marqueur d’absence de risque de fibrose hépatique avancée chez ces patients : ainsi, ces résultats, si confirmés pourraient également éviter des procédures inutiles à de nombreux patients. Ces mêmes patients pourront être « simplement » surveillés pour le développement de la fibrose via des méthodes non invasives.

 

L'arthrite un marqueur en soi de risque d’hémochromatose ? L’arthrite peut en effet indiquer en soi un risque accru d’hémochromatose, et « pourrait donc aider à diagnostiquer davantage de patients atteints d'hémochromatose », écrivent les chercheurs. Un signe clinique non superflu, alors de nombreux symptômes de la maladie -dont l’arthrite d’ailleurs- sont relativement non spécifiques et courants en population générale.

 

Ainsi, « les personnes présentant de l'arthrite ou une maladie du foie devraient être évaluées pour une hémochromatose possible », concluent les chercheurs.

Autres actualités sur le même thème