Vous recherchez une actualité
Actualités

INSOMNIE: Et si on devenait entraineur de sommeil?

Actualité publiée il y a 2 années 10 mois 3 semaines
The Journal of the American Geriatrics Society

La thérapie comportementale cognitive révèle ici toute son efficacité pour les personnes âgées souffrant d'insomnie. Avec un accès élargi. Car il s’agit aussi de former des « entraineurs de sommeil » qui ne sont pas forcément des professionnels de santé mais qui vont pouvoir aider, de manière efficace, des proches âgés à mieux retrouver le sommeil. A lire dans le Journal of the American Geriatrics Society.

L'insomnie est le trouble du sommeil le plus fréquent chez les adultes et quel que soit l'âge elle réduit considérablement la qualité de vie : ainsi, 30 à 50% de la population adulte déclarent avoir des troubles du sommeil. Chez les personnes âgées, l'insomnie peut devenir chronique et être associée à d'autres problèmes de santé, dont la dépression, un risque accru de chutes, d'accident vasculaire cérébral et de déclin cognitif plus rapide. Enfin, les auteurs soulignent à raison, les effets indésirables des traitements somnifères, en particulier de type hypnotique, avec, à nouveau un risque de chutes, de fractures, et même de décès augmenté. Rappelons enfin que thérapie comportementale cognitive pour l'insomnie (TCCI) est une thérapie par la parole déjà documentée comme très efficace dans le traitement de l'insomnie chez les personnes âgées. Dans cette thérapie, l'objectif des thérapeutes est d'aider les patients à changer leur façon de penser, leur comportement et les réactions émotionnelles liées aux problèmes de sommeil. Si les directives de prise en charge recommandent bien la TCCI comme une thérapie de première intention, le nombre limité de thérapeutes formés limite sont accès.


Former des entraineurs au sommeil : Pour surmonter cet obstacle, cette équipe de chercheurs a développé un nouveau programme pour former des « entraîneurs de sommeil », qui ne sont pas des thérapeutes professionnels. Ces aidants, travailleurs sociaux ou éducateurs, apprennent à dispenser la TCCI à l'aide d'un manuel et une séance de formation hebdomadaire sous supervision d'un psychologue bien formé. L'étude a affecté 159 patients, anciens combattants, âgés de 60 à 90 ans, à l'un des 3 groupes de traitement. Les deux premiers groupes ont reçu cette TCCI dispensée par des entraîneurs de sommeil qui avaient suivi la formation spéciale. Le dernier groupe, témoin, a suivi un programme d'éducation au sommeil standard. Les chercheurs ont suivi les habitudes de sommeil des participants du début de l'étude et jusqu'à an après la thérapie.

Après TCCI, les personnes souffrant d'insomnie voient leurs problèmes de sommeil considérablement réduits par rapport aux témoins, avec pour principales améliorations :

· 23 minutes de moins pour s'endormir,

· 18 minutes de moins d'insomnie » ou de veille durant le sommeil,

· un temps total éveillé réduit de 68 minutes entre le coucher et le lever,

· une qualité de sommeil auto-déclarée comme améliorée

Enfin, à 6 mois puis 1 an après la fin de la thérapie, ces bénéfices sont maintenus. Des effets qui, de plus, sont identiques avec « un entraineur du sommeil » bien formé ou un thérapeute aguerri.

Bref des résultats qui appellent à développer ce type de formations à la TTC, en particulier chez les aidants naturels, pour préférer la thérapie cognitive encore une fois démontrée comme efficace aux traitements médicamenteux et leurs effets indésirables.

NB : un conseil important pour mieux dormir : il est déconseillé de se mettre au lit pour regarder la télévision ou lire, afin de réserver le lit, principalement, au sommeil.

Autres actualités sur le même thème