Vous recherchez une actualité
Actualités

LIPOSUCCION : Sur le risque de syndrome d'embolie graisseuse

Actualité publiée il y a 2 années 10 mois 2 semaines
BMJ Case Reports
Le syndrome d’embolie graisseuse (SEG), est une complication rare dans laquelle le graisse se déplace dans le corps et bloque les vaisseaux sanguins

 

Il s’agit ici d’un cas clinique, présenté dans le BMJ Case Reports, celui d’une femme ayant développé une condition sévère après une liposuccion. Cette « complication » connue sous le nom de syndrome d’embolie graisseuse (SEG), est une complication rare dans laquelle le graisse se déplace dans le corps et bloque les vaisseaux sanguins.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

Le SEG est caractérisé par un ensemble de signes pulmonaires et systémiques liés l'obstruction de petits vaisseaux par des particules graisseuses. Il est plus souvent observé en cas de fracture et de traumatismes.

 

Si la liposuccion est généralement une procédure sûre, soulignent ici les auteurs, avec l’augmentation de sa pratique, il est important que les médecins envisagent le diagnostic de SEG, en particulier chez les patientes présentant des facteurs de risque sous-jacents, dont l'indice de masse corporelle élevé (IMC) et la rétention d'eau (lymphœdème).

Dans ce cas, très rapidement après l’intervention, la patiente a été prise de somnolence et de confusion et son rythme cardiaque est devenu élevé. Son état s’est dégradé au point d’être transférée en soins intensifs. Les médecins ont d’abord suspecté un syndrome de détresse respiratoire aiguë, puis après quelques tests, ont diagnostiqué un syndrome d’embolie graisseuse. La patiente sous oxygénothérapie et traitement médicamenteux s’est rétablie après une hospitalisation de 14 jours.

 

 

Le syndrome d’embolie graisseuse est difficile à diagnostiquer : en effet il n’existe pas de critères de diagnostic normalisés pouvant aider le clinicien à poser le diagnostic. Le syndrome est rare mais il faut l’envisager en cas de complication sévère après liposuccion.

Autres actualités sur le même thème