Vous recherchez une actualité
Actualités

LONGÉVITÉ: Dernier enfant plus tard et télomères plus longs

Actualité publiée il y a 2 années 5 mois 2 semaines
Menopause

C’est un nouveau facteur prédicteur possible de longévité plus élevée chez les femmes, révélé par cette analyse des données de la Long Life Family Study : avoir son dernier enfant à un âge plus avancé s’avère en effet associé à une longueur des télomères augmentée. Des conclusions présentées dans la revue Menopause, favorables donc à un âge maternel plus « tardif » au dernier enfant, mais qui ne tranchent pas sur l’influence directe de ce facteur : en effet, avoir des enfants plus tard peut simplement être un marqueur de vieillissement en bonne santé favorisé par de nombreux autres facteurs personnels et sociaux.

Plusieurs études ont déjà montré que l'âge maternel tardif au moment de l'accouchement est positivement associé à la longévité maternelle. Cette nouvelle analyse des données de la Long Life Family Study conclut qu'une longévité parmi les 20% les plus élevées est 2 fois fréquente chez les femmes ayant eu leur dernier enfant après l'âge de 33 ans vs chez les femmes qui ont eu leur dernier enfant avant l'âge de 29 ans. L'étude confirme que certains facteurs associés au taux réduit de vieillissement et à la longévité, comme la longueur des télomères, sont également associés à cet âge maternel tardif, pour le dernier enfant.


Âge maternel tardif et télomères plus longs : Les télomères sont ces capuchons qui protègent les chromosomes des cellules humaines. Ils apportent une protection aux chromosomes pendant le processus de réplication pour empêcher la perte de brins d'ADN. Cependant avec le vieillissement, la longueur des télomères diminue. Des télomères plus longs sont généralement associés à une meilleure santé et à une longévité plus élevée. L'étude montre ainsi que la proportion de femmes ayant des télomères parmi les 20% les plus longs est plus élevée chez les femmes avec âge maternel tardif à la naissance de leur dernier enfant, que chez les autres femmes : 35,7% vs 20,2%.

Des résultats qui collent avec l'évolution sociodémographique dans nos sociétés, où les femmes -d'ailleurs en raison d'une longévité plus élevée- mettent au monde des enfants à un âge plus avancé. Cependant, concluent les auteurs, il est important de se rappeler que les facteurs personnels et sociaux qui influent souvent sur l'âge de procréer, peuvent également influer sur la longévité (ou la longueur des télomères).

December 5, 2016 doi: 10.1097/GME.0000000000000795 Telomere length is longer in women with late maternal age et via The North American Menopause Society (NAMS) 7-Dec-2016 New study identifies possible predictor for women's longevity Telomere length associated with rate of aging and maternal age at birth of last child

sur la Longévité


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages