Vous recherchez une actualité
Actualités

MALADIE CARDIAQUE : Un seul repas riche en graisses et c’est un assaut pour les vaisseaux

Actualité publiée il y a 2 années 4 mois 2 semaines
Laboratory Investigation
Un repas riche en graisses c’est un assaut pour les vaisseaux

Un seul repas riche en graisses peut rapidement transformer nos globules rouges sains en petites cellules épineuses qui vont faire des dégâts dans nos vaisseaux et préparer le terrain à la maladie cardiovasculaire, soulignent ces travaux de l'Université Augusta. Cette observation par cytométrie de flux des globules rouges de 10 participants soumis à un repas trop riche, révèle un effet néfaste rapide, seulement 4 heures plus tard, sur l’élasticité vasculaire et la réponse immunitaire, similaire à celle provoquée par une infection. C’est à lire dans la revue Laboratory Investigation.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

« Les gens doivent réfléchir à deux fois avant de manger de cette façon », commente l’auteur principal, le Dr Neal L. Weintraub, cardiologue, chercheur en médecine cardiovasculaire : alors que ce changement manifeste et néfaste ne sera très probablement que temporaire chez les personnes en bonne santé, chez les sujets déjà à risque élevé, il aura un effet cumulatif et pourra entraîner une crise cardiaque juste après un repas riche en graisses.

 

Un repas riche en graisses c’est un assaut pour les vaisseaux : la recherche menée auprès de 10 hommes est probablement la première à avoir étudié spécifiquement la réponse des globules rouges à cet afflux de graisse et montre qu’ils changent de taille, rétrécissent et changent de forme.

  • Ce changement de forme affecte la façon dont le sang circule ;
  • les niveaux de l’enzyme MPO ou myéloperoxydase, exprimée par un type de globules blancs, augmentent dans le sang, ce qui raidit les vaisseaux sanguins, accroît le stress oxydatif et peut favoriser le développement d’une crise cardiaque.
  • Des changements sont également constatés dans les monocytes, un type de globules blancs qui « prennent de la graisse », favorisent l'inflammation et se manifestent dans la plaque d'athérosclérose.
  • La MPO est également associée à une oxydation du cholestérol HDL, qui transforme ce cholestérol cardioprotecteur et contribue ainsi à la maladie cardiovasculaire.
  • Et lorsque l’enzyme est absorbée par une artère malade, elle peut même contribuer à déstabiliser l'accumulation de plaque, ce qui peut entraîner un accident vasculaire cérébral ou une crise cardiaque.
  • Enfin, le plasma, semble également différent et après une seule charge riche en graisses, la partie liquide du sang est plus épaisse, de couleur différente et remplie de lipides.
  • Bien évidemment le sang est chargé en lipides et en cholestérol.

 

 

Le message à retenir est que notre corps peut gérer ce type d’excès, mais pas lorsqu’il est régulier. Ensuite, l’étude, ici centrée sur le risque cardiovasculaire alerte principalement sur l’excès de graisses : Si les auteurs sont loin de recommander une compensation par les calories et le sucre, ils montrent que les participants qui ont plutôt consommé le même apport calorique calories mais sans graisse (ici 3 grands bols de céréales sucrées avec du lait écrémé) ne présentent pas les mêmes changements nocifs sur leurs globules rouges et leurs vaisseaux sanguins.

Enfin, si ces changements négatifs se résorbent rapidement, sur environ 8 heures, ce n’est plus le cas si ces excès sont répétés. Ainsi, alors que la preuve est difficile à apporter chez l’Homme, les chercheurs montrent que les globules rouges de souris continuellement alimentées avec un régime riche en graisses subissent des changements permanents avec le déclenchement d'une réponse immunitaire caractéristique de la maladie vasculaire.

 

 

D’autres études seront nécessaires pour voir précisément comment ces changements des globules rouges impactent la santé vasculaire. Chez les souris nourries de manière chronique avec un régime riche en graisses, les globules rouges sont consommés par les macrophages, des cellules immunitaires qui dévorent les débris cellulaires.

Autres actualités sur le même thème